Eclairage public : comprendre la redevance payée par le contribuable

46

Bientôt cinq (05) ans que les Togolais voient leurs factures d’électricité légèrement salées par la redevance sur l’éclairage public, collectée par la Compagnie Energie Electrique du Togo (CEET).

Plus d’un se demande la finalité de cette facturation de 1 franc CFA par kilowattheure. La réponse est désormais connue.

Selon les informations recueillies par l’agence Elite d’Afrique auprès des autorités compétentes, cette redevance, aussi infime contribuer à éclairer les voies publiques.

Cette manne financière du contribuable sert à payer la consommation de ces milliers de lampadaires qui illuminent les axes routiers sur l’étendue du territoire et à leur maintenance. Une partie sert également à alimenter le fond d’extension du réseau d’éclairage public.

Les entreprises (client de moyenne tension) et la zone franche ont mis la main à la pâte en cédant 2 FCFA par Kilowattheure depuis 2010 à la CEET.

L’absence d’un cadre réglementaire dans la gestion de ce fond, rend la tâche difficile au comité de gestion composé des représentants de la Primature, du Ministère des Mines et de l’Energie, du  Ministère de l’intérieur, de la CEET, de l’ARSE, des collectivités locales et des médias.

Dès l’entame de l’année 2016, l’Autorité de Réglementation du Secteur de l’Energie (ARSE) est à pied d’œuvre pour réparer cette tare qui peut occasionner une mauvaise gestion de ce denier public.

Le projet de réglementation a fait objet d’échange avec les parties prenantes, notamment les collectivités territoriales sur l’étendue du territoire du 28 au 04 février 2016.

Selon Abass Aboudoulaye, Directeur Technique de l’ARSE, il ne reste que quelques détails pour mettre de l’ordre dans la gestion de l’éclairage public au Togo.

« Nous allons intégrer les observations pertinentes au cours des séances de partage et nous aurons un projet de document qui sera soumis au ministre des Mines et de l’Energie. Une fois le document est accepté par le ministre, il prendra un arrêté pour la mise en vigueur de ce document », a-t-il indiqué.

Le réseau d’éclairage public togolais s’étend actuellement sur 3000 kilomètres, alimenté par près de 35000 points lumineux appuyés par 7000 points lumineux fonctionnant avec les panneaux solaires.

UNE REACTION

Laisser un commentaire