Le gouvernement réagit face aux menaces des bouviers et transhumants

42

Une campagne d’identification et d’enregistrement systématique des Bouviers et Transhumants présents sur toute l’étendue du territoire aura lieu du 01 au 15 mars 2016.

C’est la principale information qu’on retient d’un communiqué de presse signé conjointement du Ministre de la Décentralisation, de l’Administration Territoriales et des Collectivités Locales ; du Ministre de la Sécurité et du Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage, et de l’Hydraulique et du Président du Conseil National de la Transhumance.

Le document indique que les bouviers-transhumants devraient se faire enregistrer aux postes de vétérinaire au long des frontières, et dans les Brigades de Gendarmerie Nationale à l’intérieur du Pays sous peine de sanctions.

Démarrer le 30 janvier 2016, la campagne de transhumance loin d’atteindre les objectifs définis dans son opérationnel de gestion a fait place à une insécurité totale sur toute l’étendue du territoire Nationale.

Selon le communiqué, la campagne a fait place à des affrontements entre les bouviers-transhumants et les populations autochtones, ayant conduit à des morts d’hommes, à des actes de vandalisme sur des édifices publics, à des destructions des récoltes et des animaux….

Le communiqué retrace en réalité, le terrible drame que vivent les populations de certaines localités dans les préfectures de Tchaoudjo, de Dankpen de Haho, et d’Agou depuis l’ouverture de la campagne de transhumance 2016.

« Des violences aiguës avec mort d’hommes ont été signalées par endroit notamment dans le Canton d’Agbélouvé dans la préfecture de Zio. Des personnes ont été abattu à bout portant par des Bouviers-transhumants entrainant des actes de vandalisme sur les édifices publics et les animaux, et le déplacement de plus de 50 personnes déplacés et actuellement protégés par la Gendarmerie de Notsè » indique le communiqué.

Une réaction qui, bien que tardive devrait permettre de régler les problèmes bouviers-autochtones et transhumants un tant soit peu.

 

Photo: Illustration

Laisser un commentaire