Sécurité maximum pour les bagages à Lomé

37

 L’Aéroport International Général Gnassingbé Eyadema ne fait pas dans de la dentelle dans le traitement des bagages. La sécurité des bagages et des personnes à l’Aéroport international Général Gnassingbé Eyadema n’est pas fait dans n’importe quelle pièce. Des informations circulant sur des réseaux sociaux et des medias en ligne à réputation douteuse font état d’une mauvaise réputation de l’AIGE. Elite d’Afrique en profite pour vous fait prendre connaissance du processus de traitement des bagages des passagers de l’AIGE. Un exemple en matière de sécurité dans la sous-région.

Ces dernières années, l’AIGE s’est fait peau neuve. Des nouvelles infrastructures ont été installées pour accueillir plus de passagers et de bagages. Parmi ces infrastructures, on peut mentionner la nouvelle aérogare de Lomé. Pour accueillir ces passagers et bagages, de nouveaux défis sont à relever par L’AIGE. Parmi ceux-ci, la sécurité des bagages des passagers.

Suite aux plaintes de compagnies aériennes et de passagers pour le retard que l’ancienne procédure a sur leur vol, l’AIGE a adopté une nouvelle procédure de traitement des bagages. « L’ancienne procédure consistait à appeler au poste d’inspection-filtrage le passager propriétaire du bagage lorsque le bagage passé au scanner présente des zones d’ombre » à en croire une note de l’AIGE.

Cette procédure est longue et dommageable tant pour les passagers et que les compagnies aériennes. C’est dans l’optique de son allègement qu’une nouvelle procédure est mise au point.

Cette dernière est moins coûteuse en temps pour les passagers et compagnies aériennes. « Avec la nouvelle procédure, les agents de sûreté ont la possibilité de procéder à l’ouverture et à la fouille manuelle des bagages qui présentent un aspect suspect sans avoir à interpeller le passager. L’ouverture des bagages se fait à l’aide des clés passe partout ou « master key » fournies à l’ASAIGE par la TSA » selon les explications de l’AIGE.

Ainsi, la Procédure d’exploitation normalisée (PEN) recommande à l’agent de procéder à la fouille manuelle lorsque le bagage présente un doute. Cette fouille est effectuée en présence d’un représentant de la compagnie aérienne. Une fiche notificative de retrait est mise dans une valise si la fouille débouche sur le retrait d’un objet non autorisé à bord.

Il n’existe, donc, aucun risque de vol de contenu de bagage des passagers car la fouille se fait sous vidéo-surveillance et en présence d’un représentant de la compagnie.

Laisser un commentaire