« Contre le processus et non contre la transformation »

164
Un groupe en quête de repères

« Les agents des sociétés de téléphonie et de la téléphonie publique, Togocel et Togo télécom ne s’opposent pas à la transformation des deux sociétés mais contre la manière dont le processus de transformation est conduit par notre ministre de tutelle Cina Lawson ».

Ces mots sont ceux de Samuel Adjoh-Komlan, président des déléguées des personnels de Togocel au cours d’une conférence de presse tenu par les délégués des syndicats des deux sociétés ce jeudi à Lomé.

Ces employés de ces sociétés ont par cette conférence de presse exprimée leur mécontentement face à la tournure que prend le processus de réformes du secteur de la téléphonie et de la communication au Togo enclenché depuis bientôt deux ans.

En effet, lancé depuis mars 2015, le processus transformation qui a acquis l’adhésion des personnels qui a participé pleinement aux différents travaux du comité de coordination mis en place. Et les conclusions de ces travaux ont été validées par le conseil des ministres en date du 11 aout 2016.

La création d’une Holding qui s’appellerait Togo COM au lieu de Togo Telecom convenu lors des travaux du comité de pilotage fut annoncée par le conseil des ministres du 13 juillet dernier contre toute attente et sans information des employés et des Directeurs des deux sociétés.

Une décision prise de façon unilatérale dit-on dans les rangs des syndicats du personnel de Togocel. Non seulement les employés reprochent une prise de décision unilatérale, ces derniers critiques la tournure du processus et les premiers signes annonciateurs d’une fin chaotique du processus surtout avec le démembrement  du segment « infrastructures » et des licenciements en vue.

« Nous nous interrogeons sur la tournure que prend cette transformation afin de mutualiser les ressources du Groupe à la satisfaction des clients mais aussi de la tournure avec le démembrement du segment infrastructures malgré l’engagement pris par le ministre de tutelle au lancement du programme sur la non ouverture à la concurrence dudit segment qui fonde la stratégie du Groupe TOGO TELECOM », s’inquiète le président des délégués du personnel de Togocel Samuel Adjoh-Komlan.

Outre, il est reproché au ministre de l’économie numérique, le recrutement de huit (8) cabinets dont leur cahier de charge et contrat sont douteux et de l’organigramme de la Holding en vue qui fait de sa personne le PDG  et des proches de familles à des postes stratégiques avec des salaires colossaux.

En guise de recommandation, les syndicats exhortent l’arrêt du processus afin de revoir la conduite et être repris par le COCOORD qui avait déjà tout fait à travers les chantiers animés en son sein par les cadres des deux entités. Outre, les syndicats des personnels demandent une suspension de tous les contrats des experts et d’arrêter l’hémorragie financière à laquelle est soumis le Groupe qui a besoin de moyens pour ses colossaux investissements.

Pour finir les syndicats de Togo Télécom demande de revenir à la dénomination consensuelle «  Groupe Togo Télécom »retenue lors des travaux était participatifs.

Si le processus en lui-même est consensuel et que la démarche créé handicap, d’aucuns appellent à une table ronde le ministre de l’économie numérique, le gouvernement et les directeurs de Groupe Togo Telecom ainsi que les employés enfin de bien mener à terme cette réforme.

Laisser un commentaire