La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

L’ACDIEF lance sur le terrain des ambassadeurs de lutte contre les violences faites aux femmes

145

L’ACDIEF dans le cadre de ses actions de promotion et de protection des droits des jeunes filles/femmes avec le soutien de l’organisation internationale de la Francophonie et celui du Festival de Solidarité Togo lance un vaste programme de formation en vue de doter chaque région du pays des ambassadeurs de lutte contre les violences faites aux femmes. L’étape de la région maritime a permis de former une trentaine de jeunes ce 27 novembre à Lomé.  

Cette formation qui vient de commencer a pour vocation de protéger les enfants et les jeunes filles et se situe dans les actions de lutte contre la violence faite aux femmes en prélude à la journée du 25 novembre qui est la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes.

Le directeur exécutif de l'ACDIEF lance le début de la formation
Le directeur exécutif de l’ACDIEF lance le début de la formation

Pour le directeur exécutif de l’ACDIEF, la formation des jeunes ambassadeurs de lutte contre les violences faites aux femmes a pour objectifs de permettre à avoir sur le terrain des jeunes capables de défendre les causes des jeunes filles violentées à la base.

 Il pense que cela est possible dès que ces derniers seront formés, outillés sur ce que sait que la violence faite aux femmes, « connaitre les différents types de violences et leur montrer la stratégie à utiliser pour pouvoir lutter contre ces violences et ensuite, ils deviendront des points focaux pour l’ACDIEF et des ambassadeurs qui vont travailler à la base pour qu’ensemble dans nos communautés on puisse efficacement lutter contre ce phénomène-là » a précisé à la rédaction d’Elite d’Afrique, Koudjovi Gadje, Directeur Exécutif de l’ACDIEF.  

Au Total 29 jeunes ont bénéficié de la formation des ambassadeurs de lutte contre les violences faites aux filles/femmes. Ils ont été outils sur les techniques de lutte contre les violences en général et en particulier les violences faites aux filles/femmes, les différents types de violences, la notion du genre et les instruments juridiques de protection de la femmes/jeunes filles.

Ces jeunes après cette formation seront lancés sur le terrain pour défendre les causes de leur camarade. Déjà ils se disent fin prêts pour mener à bien leur mission, celle d’ambassadeur de lutte contre les violences faites aux femmes/filles dans leurs communautés.

« Nous avons vraiment un engouement pour cette formation de lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles, parce que c’est vrai qu’il y a des efforts qui sont en train d’être mené mais il faut encore faire mieux parce que de plus en plus dans les milieux les plus reculés nous faisons face à ces genres de violence faîte surtout aux petites filles qui vont à l’école. Par exemple quand on envoie une fille de 6 à 8 ans au marché qui transporte de gros bagages sur sa tête pour vendre afin de pouvoir se prendre en charge à l’école c’est des choses auxquelles il faut investir beaucoup d’énergie pour mettre fin » a relevé Omar Alikamal, entrepreneur social, participant.

Pour lui cette lutte n’est pas seulement l’apanage des filles et femmes mais de nous tous car comme le dit-il, « nous sommes vraiment déterminés parce que c’est nos sœurs, c’est nos mamans, nos petites sœurs qui subissent et cela nous affecte. Une femme qui est traumatisée c’est tout son environnement qui est menacé. Une femme est censée éduquée ces petites sœurs, ces enfants mais si elle n’a pas une conscience tranquille, elle est traumatisée elle est maltraitée ça veut dire que tout ce qu’elle aura en charge aussi sera affecté. Les femmes se sont les mères de nos enfants et donc la grande partie de l’éducation donnée aux enfants vient de la maman » a-t-il poursuivi.

Les gestes pour lutter contre les violences
Les gestes pour lutter contre les violences

ACDIEF depuis très longtemps se milite aux cotés des filles pour les amener à connaitre leur droits et devoirs et en même temps leur permettre de s’auto suffire à travers des formations entrepreneuriales.  

« Je suis là pour me faire former pour avoir des informations pour lutter en tant que miss leader dynamique contre les violences faites aux femmes. Il s’agira tout d’abord pour moi de faire la communication autour de ce fléau et aussi de mettre en place des activités qui constituera à faire des sensibilisations pour que toute la société sache que ces violences existent et connaitre ce qu’il faut faire pour l’éradiquer » a lancé Minlekib Désirée, Miss Leader Dynamique 2019, participante.

Ces ambassadeurs après cette formation vont descendre sur le terrain sensibiliser les communautés, faire des émissions et des rencontres d’échange, relevé les différentes formes de violences que sont confrontés les filles/femmes, mentionnés les zones et après remonter à ACDIEF les faits et chercher des moyens pour leurs éradications

« Les objectifs attendus c’est que ses jeunes formés deviennent des représentants directs de l’ACDIEF dans leur communauté et qu’ils mènent des actions de lutte contre la non-violence faite aux femmes à la base. Et donc ils vont transmettre à ACDIEF les actes de violence qui auront à identifier dans leurs communautés et maintenant ce sera le tour de l’ACDIEF de pouvoir agir pour que ensemble on puisse réduire ces actes de violences » a consigné le directeur exécutif.

 L’ACDIEF ne pense pas s’arrêter là, dans les jours à venir d’autres formations des ambassadeurs se feront dans les autres régions du pays pour travailler sur le terrain.  Aujourd’hui les jeunes filles/femmes font face à de différentes formes de violences tels que la violence psychologique, ce que l’on pense de la femme, les violences physiques souvent dans les foyers, les jeunes filles qui sont victime du viol et ces violences ont des conséquences négatives sur la vie de la jeune fille de la femme et partant de là sur toute la société en générale.

Les ambassadeurs de lutte contre les violences faites aux filles et femmes
Les ambassadeurs de lutte contre les violences faites aux filles et femmes tous engagés

Pour arriver à freiner ce fléau, le directeur exécutif de l’ACDIEF appelle la jeunesse à sa conscientisation, il les invite à se connaitre, à connaitre ces objectifs, sa vision et définir une ligne à suivre pour y arriver et c’est par là que « je pense que nous allons impacter ».

L’ACDIEF est une organisation qui travaille dans trois domaines notamment la promotion et la protection des droits des enfants, de la jeune fille, la paix et la sécurité et l’entrepreneuriat des jeunes.

commentaires
Loading...