La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

La responsabilité sociétale des entreprises au cœur d’un forum à Lomé

267

Cérémonie d’ouverture du forum sur la responsabilité sociétale des entreprises en Afrique de l’Ouest organisé par Valora solution et services environnement Togo sur le thème « concilier durabilité et croissance en Afrique » ce jeudi 6 et jusqu’au 7 décembre à Lomé.

C’est le ministre de la planification du développement, représentant du gouvernement central, qui a ouvert les travaux de ce forum de deux jours qui va réunir les différents acteurs, des cadres, des responsables de la société civile et responsables d’entreprises.

Pendant deux jours ce forum va permettre aux différents participants venu de divers horizons d’insuffler un nouveau dynamisme pour la promotion de la RSE au Togo et dans les pays africains  afin de booster leur entreprise à travers les différents enseignements sorti de ce forum. Occasion d’échanger sur les enjeux de la RSE en Afrique, d’offrir un cadre de partage d’expérience sur les sujets novateurs et émergents en matière de développement durable.

Pour le ministre de la planification du développement, l’agenda 2030 des Nation Unies, avec les 17 ODD, met en exergue les enjeux économiques, sociaux et environnementaux nécessaire afin de construire une société durable, prospère et plus inclusive, à l’échelle mondiale. Cet agenda poursuit le ministre, nous engage à œuvrer ensemble pour parvenir à une croissance économique forte, soutenue et inclusive, afin de ne laisser personne pour compte.

La responsabilité sociale des entreprises est un levier qui s’appuie sur trois piliers du développement durable à savoir l’économique, social et environnement ainsi que la gouvernance.

Pour le directeur de Valora la RSE est un aspect important de la politique économique et sociale des gouvernements. Elle constitue un véritable outils sur lequel les gouvernements africains peuvent s’appuyer pour mettre en œuvre les politiques nationales de développement répondre aux enjeux de lutte contre la pauvreté de lutte contre les changements climatiques de préservation des ressources et contribuer à l’atteinte des ODD.

Tous les secteurs d’activités et tous les types d’organisations sont concernés par la RSE, les grands groupes, les PME, la société civile et la sphère publique.

« Les états et les pouvoirs publiques ne peuvent s’exempter des recommandations qu’ils adressent aux entreprises » a précisé le directeur de Valora

Pour lui les états se doivent d’être exemplaires car la RSE est un sujet transversal et pour cela elle doit faire l’objet d’un dialogue entre les états respectifs et l’ensemble des partenaires, une vitrine qui permet au gouvernement d’affirmer leur engagement en faveur des ODD.

IL est à souligner que pour sa vulgarisation, les acteurs locaux doivent se mobiliser pour inciter les entreprises à plus de responsabilité, à plus d’engagement en faveur de  leurs parties prenantes. Au Togo, des entreprises sont impliquées et certaines en font sans le savoir et d’autre encore doivent être accompagnées et incitées à avancer plus vite.

Pour bien avancer et avoir des conditions favorables, il faut  comme le précise le directeur de Valora avoir un cadre normatif, des outils, il faut accompagner, informer, et former et aussi au-delà développer des initiatives et des approches sectorielles ou territoriales.  Ce qui nécessite de réfléchir à des cadres nationaux voir au-delà.

En effet la RSE permet à l’entreprise de mieux répondre aux défis auxquelles elle est confrontée et permet aussi de répondre aux attentes de nombreuses de ses parties prenantes. Elle contribue à la réalisation de la politique nationale du développement du Togo et atteinte des ODD. La RSE est un atout pour la compétitivité des entreprises et s’impose aujourd’hui comme un standard incontournable sur les marchés internationaux.

Au Togo près de la moitié de la population est âgée de moins de 20 ans et dans cette condition il est indispensable que les entreprises quelle que soit leur taille, prennent en compte les besoins de cette tranche de la population car les enfants sont des parties prenantes essentielles de l’activité des entreprises en tant que consommateur ou membre de la famille d’un salarié.

« Le respect et le soutien aux droits de l’enfant exigent que les acteurs de développement s’engagent non seulement à ne pas leur porter préjudice, mais également à œuvrer en leur faveur. L’intégration de ces principes au cœur des stratégies et des modes de fonctionnement des entreprises peut vous permettre de renforcer les initiatives en matière de développement durable et de Droits de l’Homme. En tant qu’entreprise, investir en faveur des enfants est non seulement bénéfique pour votre réputation mais aussi rentable sur le plan financier » a précisé monsieur le représentant résidant de l’UNICEF au Togo.

Il a aussi nourri le vœu que les entreprises réfléchissent à la manière dont les produits et services peuvent mieux répondre aux besoins des enfants et par là une source d’innovation et de permettre de créer de nouveaux marchés. Il invite enfin les entreprises à travailler pour les enfants ce permettra de forger des communautés fortes en leur assurant une éducation élevée, ce qui favorisera une mise en place d’un environnement économique stable, accueillant et durable.

En effet l’engagement en faveur des enfants et des jeunes d’aujourd’hui est un investissement pour avoir de futures cadres compétents mais aussi des consommateurs avisés et exigeants.  Le responsable résidant de l’UNICEF réitère de sa part,  l’engagement de sa structure à accompagner les structures qui prennent compte du respect des droits des enfants à travers la responsabilité sociale des entreprises et reste convaincu que le rôle des entreprises dans la construction d’un monde pour les enfants viendrait en complément et non en remplacement de l’action des Etats et ses partenaires.

Le Togo, rappelle le représentant du gouvernement, en adoptant son plan national de développement 2018-2022, veut réaliser la transformation structurelle de son économie pour une croissance forte, durable, créatrice d’emplois et permettre l’amélioration du bien-être social en promouvant un cadre de responsabilité et de redevabilité et de redevabilité mutuelle.

« La RSE appelle à la mobilisation de tous les acteurs tant publics que privés, en vue d’en faire une opportunité pour le développement durable du continent. Elle consiste à tenir compte des impacts sociaux et environnementaux des activités d’une entreprise à travers l’intégration des enjeux du développement durable au sein de son organisation » a suggéré le ministre. Pour le ministre, sa mise en œuvre effective permettra de soutenir un développement durable et inclusif tout en améliorant la performance des entreprises.

Le succès de la mise en œuvre des cadres nationaux, continental et mondial de développement exige un rôle prépondérant à jouer par les entreprises, qui sont de véritables moteurs de la croissance économique et de création d’emplois.

 

 

Vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...