La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Lutte contre l’abus et le trafic illicite de drogues: RAPAA toujours au front à travers d’exposition photos de quatre apprenants photographes traumatisés par l’exil forcé

Afin de marquer la Journée internationale  contre l’abus et le trafic illicite de drogues, par un acte indélébile, une soirée de vernissage d’exposition photos sur le thème de la résilience a été organisée par l’ONG RAPAA ce mercredi 22 juin 2022 à l’institut français de Lomé.

Une exposition qui prendra fin le 29 juin 2022 à l’Institut Français s’inscrit dans le cadre de la journée internationale contre l’abus et le trafic illicite de drogues, célébrée le 26 juin de chaque année. Ceci constitue une opportunité pour informer sur les risques que représente l’usage des produits psychoactifs.

METOCOB 4


Ainsi cette journée placée sous le thème « Relever les défis de la drogue dans les crises humanitaires et sanitaires » par l’Office des Nations Unies contre les Drogues et le Crime (ONUDC), a permis à RAPAA d’exposer des photographies de quatre apprenants photographes qui ont vécu le traumatisme de l’exil forcé et les épreuves au quotidien d’être réfugié.
Ces quatre exposants, deux femmes et deux hommes, sont des personnes réfugiées du camp d’Avépozo qui ont suivi l’atelier de photographie initié par RAPAA.

Ceci en répondant à la sollicitation du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR), en collaboration avec Green Village Foundation (GVF), qui a conduit des actions de sensibilisation.
Il vise à accompagner les personnes en difficultés par un soutien psychologique et a mené des activités de bien-être dont un atelier de photographie à l’intention des populations réfugiées.

“Le parcours remarquable de ces personnes réfugiées témoigne de la résilience possible face aux crises qu’elles soient humanitaires, sanitaires, sécuritaires, environnementales,sociales ou économiques. Nous ne pouvons qu’encourager ces photographes en formation à poursuivre leur cheminement de photographe pour leur plein épanouissement, leur accomplissement” s’est félicité Mme Akoura KAMA-DJONNA, vice présidente de l’ONG RAPAA.

Il s’agit d’une formation dispensée aux réfugiés par Folly KOUMOUGANH, photographe professionnel. Ce qui a permis aux participants d’acquérir un réel savoir, savoir-faire, savoir-être en matière de photographie. Leurs talents ont été ainsi valorisés à travers cette exposition. Chacun des quatre apprenants a reçu un appareil photo leur permettant de mutualiser leur acquis et de rendre viable leur talent.

Pour la vice présidente de l’ONG RAPAA,M me Akoura KAMA-DJONNA, “Les photographes en formation ont le projet de poursuivre la photographie pour vivre leur passion mais aussi pour en faire une activité génératrice de revenus voire un métier..”

C’est pourquoi RAPAA a offert à chacun des participants un appareil photo et dispensé à leur endroit une formation pratique en comptabilité afin qu’ils soient mieux outillés pour gérer leurs activités.
Elle relève aussi que ce geste de RAPAA vient à point nommé pour encourager ces 4 photographes en herbe d’exposer leurs œuvres mais aussi de rendre visible les très belles prises de vue qui traduisent la vie au quotidien dans le camp Avépozo marqué par les résistances aux épreuves, les capacités à surmonter les situations précaires par des attitudes de résilience, de solidarité, de positivité… Ces photographies sont porteuses d’espoir et d’optimisme…et immortalisent la vie des réfugiés.

Le camp d’Avépozo devrait être fermé fin juin. Ainsi, ces quatre photographes à travers leurs regards, leur sensibilité et leur technicité ont plongé dans le quotidien du camp d’Avépozo des photos qui expriment les conditions de vie précaires et expriment tout autant la résilience, la résistance, la combativité des réfugiés pour faire face à leur situation d’exilés. Ces photos portent surtout l’espoir d’un devenir meilleur.

L’ONG RAPAA, depuis des années lutte aux côtés des populations vulnérables en leur répliquant au problème de santé publique qu’est l’addiction aux substances en prévenant sur les risques de l’usage de drogue, en encourageant chacun à faire preuve de résilience, à dépasser les épreuves et les traumatismes, à donner un sens à sa vie pour une existence sans substances.

commentaires
Loading...