La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Le riz togolais en passe d’être labellisé

Les organisateurs de la foire Adjafi ont organisé deux journées pour faire la promotion du riz togolais. Commencé depuis ce vendredi 2 septembre par une caravane à travers les artères de la ville de Lomé et Agoé, la promotion a pris fin ce samedi 3 septembre avec la participation de plusieurs acteurs de la production du riz togolais.

Pour cette deuxième édition des journées dédiées aux riz togolais, un panel a été organisé portant sur le thème ” la compétitivité du riz togolais sur le marché national et international, le défi lié au conditionnement et à l’emballage”

Le panel a rassemblé des acteurs intervenant dans la promotion du riz togolais et des responsables du ministère de l’agriculture et celui du commerce et dirigé par Roland kanda, Expert en politique commerciale internationale. Ce panel d’échange vise à permettre aux promoteurs du riz togolais, tout comme les consommateurs à pouvoir connaître les opportunités et les raisons qui exigent la consommation de ce riz togolais.

Le riz est l’un des céréales le plus produits dans le monde et troisième aliment le plus consommé au Togo, après le maïs et le sorgho. Ainsi, le secteur rizicole est l’un des secteurs prioritaires et porteuses. Ce qui a poussé les autorités publiques à prendre des initiatives tels que la mise en place d’une stratégie nationale du développement de la riziculture. Cette stratégie vise à une augmentation de surface cultivable et de la quantité de produition et aussi des implications sur la satisfaction de la demande et surtout permettre la limitation sur les importations du riz.

Les panelistes se sont revenus sur l’état des lieux, ce qui se fait sur le terrain au niveau des acteur, comment ensemble réfléchir pour rendre compétitive le riz togolais sur le marché national et international. L’occasion a permis d’inviter les acteurs publics comme privés qui interviennent sur cette filière pour trouver les problèmes dont ils souffrent afin d’en trouver des solutions pour l’avancement de ce secteur.

La directrice de la consommation locale au ministère du commerce, de l’industrie et de la promotion de la consommation locale, Mm Adovon, paneliste a rappelé que le thème retenu pour le panel est révélateur et s’inscrit vivement dans le volet socioéconomique de l’heure. Elle a évoqué que le secteur du riz est un secteur prioritaire pour le gouvernement. C’est pourquoi, il a institué un cadre et un règlement qui encadre la production, la commercialisation et l’importation de ce riz. Elle a aussi invité les producteurs à certains normes qu’ils doivent respecter pour l’importation de leur produit. D’où ils sont appelés à remplir certaines questions pour l’importation du riz. Ce qui rentre dans l’optique de protéger les producteurs locaux du riz et permettre la réduction des importations.

Le représentant du ministère de l’agriculture, M. Dissiram Gnoungo, a remarqué que le riz togolais est véritablement concurrencé sur le terrain par les riz importés mais “malgré cette concurrence, il faut reconnaître que les acteurs que nous sommes mènent un certains nombres d’action qui font que de plus en plus le togolais s’intéresse au riz local. C’est le cas du riz de kovié. Déjà le simple fait d’identifier une variété de riz à une localité de chez nous, témoigne de l’intérêt que nous avons pour cette culture”.

Les différents acteurs qui interviennent sur la chaîne de valeur riz au Togo sont nombreux notamment les producteurs, le transformateurs et les commerçants.

Le problème évoqué par les acteurs du monde des riziculteurs est la question de l’emballage et du financement.
Pour encourager ceux-ci, Mm Adovon a relevé que des structures de fabrication d’emballages sont en cours d’installation dans le pays et que des actions sont en cours d’exécution par le gouvernement togolais pour protéger le riz local avec le concours de l’institut national de propriété industrielle et de la technologie (INPIT) dont l’indication géographique.

commentaires
Loading...