La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

L’HCRRUN lance son 2e étape de la mise en œuvre du volet indemnisation de réparation

350

Le Haut-commissariat à la réconciliation et au renforcement de l’unité nationale (HCRRUN)  a lancé officiellement dans ses locaux à Lomé les activités de la 2é étape de la mise œuvre du volet indemnisation du programme de réparation ce mardi 27 novembre.

La présidente du HCRRUN, Mme Awa Nana DABOYA a dans son discours d’ouverture annoncé que pour cette deuxième étape, une subvention de l’Etat de cinq (5) milliards est inscrite au budget de l’année 2019.

« La Commission vérité justice et réconciliation (CVJR) a clos ses travaux en 2012, les membres du HCRRUN n’ont été nommés qu’en 2015 et les premiers fonds mis à disposition en 2017. De décembre 2017 à septembre 2018, nous venons de satisfaire environ 2500 victimes. De 2 milliards, nous sommes passés à 5 milliards. Sans trahir les secrets d’Alcôve, il est dit qu’au budget de 2019, il est prévu un autre budget de 5 milliards. Cela va à pas de géant et je crois que nous y arriverons », a précisé la présidente à la presse.

Pour cette phase, le HCCRUN maintient la priorité aux victimes vulnérables, celles qui portent des séquelles physiques et nécessitant une prise en charge médicale et psychologique. Elles avoisinent suivant la base de données de la CVJR environ 444 victimes vulnérables dont de 123 victimes pour la période de 1958-1989, 268 pour la période 1990-2004 et le reste concerne les victimes de 2005, celles n’ayant pas été retrouvées au cours de la première étape.

Pour la première étape de réparation des victimes, 2510 victimes sur les 22.415 recensées par la CVJR, ont été prises en charge.

« Nous émettons surtout le vœu de voir cette nouvelle étape permettre de panser de nouvelles plaies et participer à la guérison des déchirures sociopolitiques qui n’ont que trop gangrené le vivre ensemble au Togo » a regretté la presidente.

Les victimes présentes à la cérémonie de lancement ont témoigné leur sympathie et leurs reconnaissances  « si quelqu’un veut que tu le pardonne c’est bien, c’est qu’il connait Dieu et puis il a le cœur frais et nous lui avons accordé le pardon. Lorsque j’ai eu l’appelle cela m’a rendu joyeux et déjà je sais que ma santé reviendra et je suis très content » a confié l’un des victimes.

La prise en charge médico-psychologique de ces victimes vulnérables sera effectuée par l’ONG AIMES AFRIQUE, partenaire du HCRRUN.

C’était en présence des membres du ministère de la Justice, des rapporteurs du HCRRUN, du directeur de l’ONG AIMES AFRIQUE le Dr Kodom Michel, de l’ancien premier ministre, Joseph Koffigoh personne ressource et des victimes.

 

 

commentaires
Loading...