La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

RGPH-5: le recensement est un bon diagnostic qui permet de faire un bon traitement, dixit le Maire James Amaglo

Le 5ème Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH-5), lancé le 23 octobre dernier à Lomé, se poursuit sur toute l’étendue du territoire togolais. Depuis son lancement, les agents recenseurs sont déterminés à couvrir tous les citoyens togolais, pour atteindre les objectifs assignés par le gouvernement à travers l’INSED.

C’est pourquoi les voix s’élèvent pour inviter les populations non seulement à s’approprier les bienfaits qu’offre cette opération pour l’avenir du pays mais aussi à réserver un accueil particulier aux agents recenseurs sur le terrain.

En effet l’intervention de plusieurs acteurs et experts impliqués dans le processus du 5ème Recensement de la population et de l’habitat révèlent davantage combien cette opération est capitale pour un pays. Dans une émission sur la chaîne nationale TVT les acteurs ont relevé une fois encore les atouts de ce RGPH-5 qui permet de savoir combien de personnes vivent au Togo. Il fournit des informations sur les caractéristiques de la population notamment l’âge, la profession, les moyens de transport utilisés, les conditions de logement… Ainsi ils apportent que c’est grâce aux informations collectées que l’État togolais fera ses planifications pour l’amélioration des conditions de vie dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’emploi, de l’accès à l’eau et assainissement, etc.

METOCOB 4

Pour le Maire de la commune Golfe 2, Dr James AMAGLO, l’un des invités dans l’émission « Au cœur de la Nation » sur la TVT le vendredi 04 Novembre rapporte que « Un citoyen qui accepte se faire recenser constitue en soi un vecteur de planification des projets de développement qui seront initiés par les autorités du pays en sa faveur. Être ouvert aux agents recenseur et leur fournir toutes les informations nécessaires est un acte patriotique ».

Pour lui les informations qui seront issues de ce recensement vont concernées les effectifs de la population au niveau les plus désagrégé, au niveau communal. C’est dire qu’on pourra alimenter les différentes communes, de différents villages, de leur effectif de populations. On pourra également les alimenter du niveau d’existence ou de la quantité d’infrastructures socio-communautaires et on pourra répondre aux niveaux d’accessibilité de la population à ces infrastructures communautaires et pour ce qui nous concerne cela nous permettra de disposer de cartographie pour l’ensemble des localités, de disposer d’un système d’information géolocalisée, des infrastructures sanitaires et enfin de disposer d’une base de donnée pour les enquêtes futures.

Et le directeur général de l’INSEED, Kouassi Koame de dire qu'”Un recensement est coûteux et le recensement couvre toute une population d’un pays donné. Maintenant pour des études ponctuelles, pour des études ciblées sur les conditions de vie des ménages, des études ciblées sur la pauvreté, sur les études ciblées sur l’accessibilité à l’eau, à l’électricité, il faut procéder par un sondage. Donc c’est une base de donnée qui va permettre à l’Institut de répondre aux besoins ponctuels lors qu’il s’agit d’un domaine spécifique pour apprécier le niveau de vie de la population”.

Pour finir, le Maire de la commune Golfe 2, Dr Amaglo James a ajouté qu'”un bon diagnostic permet de faire un bon traitement. Le recensement pour moi c’est le diagnostic pour connaître les vrais problèmes. Nous sommes à l’heure de la décentralisation au Togo, un défi que l’autorité suprême s’est lancé qui est un défi pour nous les élus locaux, un défi pour les communautés et je crois que ce recensement c’est opportun et qui nous dira tous les problèmes de nos atouts, les menaces, les obligations de l’autorité suprême en terme de transfert de moyen pour accompagner les compétences qui ont été transférées pour que les communautés à la base aussi sachent que dans notre commune voilà nos richesses, voilà nos atouts et qu’est ce qu’on met tous ensemble pour pouvoir avancer. Moi je crois qu’il faut tout faire pour que les informations données soient les plus justes possible parce que ce n’est pas des informations contre personne mais c’est pour évaluer nos difficultés, nos atouts, nos faiblesses pour qu’on puisse avancer”.

commentaires
Loading...