La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Le FAIEJ pour favoriser l’entrepreneuriat des jeunes

593

Ces dernières années, le gouvernement togolais a mis en place de nombreuses initiatives, pour favoriser l’insertion socioprofessionnelle des jeunes. Parmi ces initiatives pilotées pour la plupart, par le Ministère du Développement à la Base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, figure le FAIEJ. Zoom sur ce fonds, qui depuis plus de trois ans, trace aux jeunes la voie de l’entrepreneuriat.

Malgré le dynamisme du secteur bancaire dans notre pays, le crédit reste difficile d’accès, surtout pour les jeunes ; les banques posant parfois des conditions- notamment la caution- que les jeunes ont du mal à remplir.

Pour pallier à cette situation, le gouvernement a mis en place un dispositif, qui a pour mission d’assurer l’insertion socio-économique et professionnelle des jeunes dans une dynamique de promotion de l’entrepreneuriat. Son nom, le Fonds d’Appui aux Initiatives Économiques des Jeunes (FAIEJ) qui conjugue appui financier et technique pour l’insertion socio-économique et professionnelle des jeunes à travers la promotion de l’entrepreneuriat et la facilitation de l’accès au financement de leurs projets d’entreprises.

Le FAIEJ a effectivement démarré ses activités en 2013 et s’est positionné aujourd’hui comme une structure centrale de promotion et de soutien de l’entrepreneuriat des jeunes au Togo.

Dirigé par Mme Céline Mivedor, le FAIEJ, s’appuyant sur des partenaires techniques et financiers, propose des  services non financiers, notamment la formation initiale et additionnelle en techniques de création et gestion d’entreprise, la qualification métier pour une meilleure adéquation porteur de projet/projet et l’encadrement à la mise en œuvre du projet. Le dispositif propose également des services financiers à l’instar du crédit jeune entrepreneur (CJE), du crédit jeune entrepreneur plus (CJE+) et de la garantie de financement.

Aujourd’hui, 7 877 jeunes porteurs d’idées d’entreprises (dont 4 976  diplômés et 2 901 artisans) ont été formés en techniques de création et de gestion d’entreprise ; 787 jeunes promoteurs ont vu leurs capacités techniques et managériales renforcées dans les domaines suivant, charcuterie, savonnerie, techniques HACCP, packaging… L’idée est d’aboutir à une meilleure adéquation du projet à son porteur d’une part et d’améliorer le rendement des initiatives d’autre part.

Environ 1 700 000 000 F CFA ont été mobilisés pour financer 1 071 projets et près de 2 800 emplois ont été créés à travers la mise en œuvre desdits projets.

Le FAIEJ a également mis en place une médiathèque qui est un espace d’accueil, d’orientation et d’appui-conseil aux jeunes porteurs des projets en activités ou non. Tous les deuxièmes jeudi du mois, les porteurs d’initiatives d’entreprises peuvent se retrouver autour de la plateforme JEUDI J’OSE qui est un cadre d’échanges, de réseautage et de partages d’expériences.

Certains jeunes reprochent aux services du FAIEJ, le temps long, qui peut aller jusqu’à deux ans, existant entre le dépôt des dossiers et le financement. « Nous accomplissons au FAIEJ toutes les diligences en moins de trois mois », indique Mme Mivedor, directrice du fonds. « Cependant, les établissements financiers prennent tous leur temps, pour étudier les dossiers, en toute autonomie. Et les projets sont financés en fonction de leurs qualités. C’est ce qui fait la force même du dispositif.» rassure t-elle.

Vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...