La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Vers la réglementation de l’économie numérique, l’innovation et la concurrence

369

L’Association Togolaise des Consommateurs (ATC) à l’occasion de la journée mondiale de la concurrence célébrée chaque 05 décembre, a animé une conférence de presse sur le thème « l’économie numérique, l’innovation et la concurrence ».

Cette journée mondiale de la concurrence est observée pour attirer l’attention de la société en générale sur les questions qui sont extrêmement important pour le développement et aussi permettre de propager les avantages des marchés concurrentiels.

Le Togo, comme le souligne les premiers responsables de l’ATC, dispose une loi portant organisation de la concurrence, instauré par le pays qui donne le libre jeu de la concurrence. Une saine concurrence entre les différents acteurs afin qu’elle participe à une bonne régulation des prix ainsi qu’au développement de l’innovation. Ils précisent qu’à coté de cette disposition juridique, les pouvoirs publics ont doté le pays de certains textes traitant de la question de la concurrence et de la protection du consommateur.

« Le développement des technologies de l’information et de la communication(TIC), qui sous-tend la numérisation, est considéré comme une innovation fondamentale. Des inventions comme celle-ci change profondément la société et l’économie, au titre que la machine à vapeur et l’électricité » ont-ils précisé.

« Nous sommes à l’ère du numérique qui tend à se digitaliser et donc il y a lieu de s’interroger sur l’évolution du model marqué fondamentalement par l’innovation et de voir si le consommateur ou le professionnel est protégé par l’évolution numérique auquel » a précisé Me Fridolin Kofi Adonsou, chargé d’affaire juridique à l’ATC.

Pour lui même si le Togo n’a pas de texte spécifique par rapport à l’économie numérique il est de n’autorité que les lois sur la concurrence et sur le commerce électronique assurent une protection des professionnels et offre également une protection aux consommateurs.

Aujourd’hui grâce à l’innovation de la technologie numérique, l’information va plus vite et son contrôle reste difficile, et son ascendance fait agir sur l’employabilité. Faut-il donc pour cela craindre à la suppression d’emplois qu’engendrerai l’innovation dans le domaine de l’économie numérique ? Pour le juriste, nous ne devons pas craindre mais plutôt pensé à ce que nous devons faire pour mieux l’encadrer  car pour lui l’économie numérique aujourd’hui est un enjeu pour les entreprises que pour les Etats et donc l’Afrique doit faire sa part pour être au même niveau que les autres pays du monde.

« Ce n’est pas parce que cela va engendrer des bouleversements sur les emplois que le Togo doit se mettre en retrait il faut mieux l’encadrer et anticiper sur les bouleversements que ces changement entraînent dans nos économies. L’économie numérique et la concurrence ne sont pas antinomiques. En étant dans le numérique que dans le classique, on est soumis aux lois de la concurrence. Ce n’est pas parce que on est dans le numérique qu’on peut faire la concurrence déloyale, qu’on peut faire des pratiques prohibées et se livrer aux attentes illicites» a-t-il suggéré.

De tout ce qui précède, la promotion de l’économie numérique engage les Etats à prendre des mesures conformément aux principes fondamentaux en faveur d’une réglementation optimale qui protège  de manière adéquate l’innovation et améliore simultanément la concurrence et le bien-être des consommateurs.

commentaires
Loading...