La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Des députés sont venus aux mains à l’Assemblée nationale

524

Avant le vote de la destitution d’un proche du chef de l’Etat Félix Tshisekedi de son poste de premier vice-président de la chambre basse, des députés en sont venus aux mains, lundi 25 mai, à l’Assemblée nationale congolaise. Une pile de réactions et de résolutions, s’en ont suivi.

La présidente de l’Assemblée, Jeanine Mabunda, a suspendu la séance en début de soirée en voyant une bonne vingtaine de députés qui s’empoignaient violemment au pied de son perchoir. Elle a mis en cause les élus de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti du président de la République Félix Tshisekedi, minoritaire au Parlement.

<< Je crois qu’on nous avait annoncé que le groupe UDPS ferait des incidents >>, a-t-elle déclaré juste avant de suspendre la séance retransmise sur la chaîne de la télévision d’Etat RTNC.

Les députés de l’UDPS voulaient s’opposer
physiquement à l’examen d’une pétition demandant la destitution d’un des leurs, Jean-Marc Kabund, de son poste de premier vice-président de l’Assemblée nationale.

La pétition a finalement été votée plus tard en soirée à la reprise de la séance sans les députés UDPS qui ont quitté la salle de la plénière (289 voix pour, 17 contre, 9 abstentions).

Ces tensions agitent la coalition au pouvoir qui réunit les forces politiques du chef de l’Etat Félix Tshisekedi, et celles de son prédécesseur Joseph Kabila, largement majoritaires au Parlement.

<< Avant cette séance agitée, le président Tshisekedi avait reçu la présidente de l’Assemblée nationale Jeanine Mabunda, issue du Front commun pour le Congo (FCC) fidèle à Joseph Kabila. Leur échange a essentiellement porté sur la bonne marche des institutions de la République >>, assure la présidence de la République sur Twitter.

<< C’est sans surprise pour moi >>, a réagi Jean-Marc Kabund après sa destitution, également sur Twitter. << Ce passage en force du FCC est la preuve que le complot était ourdi et va au-delà de ma destitution >>.

<< En vrai Tshisekediste, je quitte ce poste la tête haute et sans compromission. Fier d’avoir défendu notre idéal de combat, notre pouvoir et le Président de la République >>, a-t-il ajouté.

La pétition pour sa destitution avait été signée par 62 députés sur 500. Elle a été lancée par un autre député, Jean-Jacques Mamba, qui l’accusait d’avoir discrédité l’Assemblée avec une polémique sur le coût d’un Congrès qui n’a finalement pas eu lieu.

Issu d’un parti d’opposition, M. Mamba avait été arrêté samedi parce qu’il était accusé de faux et usage de faux par un autre député assurant qu’il avait contrefait sa signature au bas de la pétition.

Le député en question, Simon Ntumba, a bel et bien signé la pétition contre Jean-Marc Kabund, a estimé un groupe de travail mis en place par la conférence des présidents de l’Assemblée.

commentaires
Loading...