La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Covid-19 : Les journalistes francophones outillés sur les Mesures Sociales et de Santé Publique

236

L’avènement de la Covid-19 a mis à rude épreuve le travail des journalistes. Ces hommes de médias se retrouvent confrontés à différents vices qui compliquent d’avantage leurs tâches. Cette problématique a fait l’objet d’un webinaire organisé le mercredi 15 juillet dernier par Africa CDC en collaboration avec Global Health Advocacy Incubator et DB Consulting.

Placé sous le thème « Couverture médiatique de la Covid-19 : Mesures Sociales et de Santé Publique – Intérêts, besoin et obstacles pour les journalistes d’Afrique francophone », ce webinaire a permis aux journalistes francophones de témoigner leur vécus et difficultés en ce temps de crise. Ce fut une véritable occasion, d’une part, pour les experts de communiquer sur l’importance des mesures sociales et de santé publique et d’autres parts, pour les journalistes d’échanger des idées et astuces de reportages avec leurs pairs et experts reconnus qui mènent la lutte contre la pandémie.

Sur la thématique, les différents panélistes notamment le Dr Benjamin Djoudalbaye (CDC Africa), Mme Sokhna Khadydiatou Sakho (agence de presse sénégalaise) M. Hyppolite Valdez Onanina (Africa Check), M. Charles Vieira Sanchez (juriste) ont mis à contribution leurs expériences et savoir-faire pour doter et éduquer les participants sur l’importance des mesures sociales et de santé publique (MSSP) et leurs impacts sur la dynamique de transmission de la maladie à coronavirus.

L’efficacité prouvée des MSSP

Au cours des échanges, le Dr Benjamin Djoudalbaye est revenu sur l’importance de l’adoption et l’intégration des MSSP et relevé son efficacité. Les mesures de protection individuelle, mesures environnementales, mesures de distanciation physique, mesures liées aux voyages.

Pour lui, l’adoption des MSSP influe sur la contamination au virus, le ralentissement de l’épidémie et donc une réduction de la hauteur du pic épidémique. Ceci favorise « la prise en charge d’un nombre supportable de patients par les établissements de santé sans réduction de soins, la mise en œuvre de nouveaux savoirs par les responsables de la santé publique » et aussi un temps raisonnable imparti aux chercheurs pour développer un traitement ou vaccin. En ce qui concerne la pratique des MSSP chez les journalistes, selon le Dr Djoudalbaye, « les journalistes doivent être en mesure de comprendre les MSSP » pour amener la population à y adhérer.

S’agissant du processus de déconfinement, le Dr Benjamin Djoudalbaye estime qu’il y’a une nécessité de directives pour éviter une résurgence de la maladie. Selon lui, avant le déconfinement, il faut « mener une évaluation des risques pour comprendre l’impact, s’assurer que les systèmes clés sont en place (surveillance, tests, engagement communautaire) » et « satisfaire aux critères d’assouplissement ».

Sortir des sentiers battus

En ce temps de crise où la Covid-19 ne peut ne pas faire partie du quotidien du journaliste, ce dernier doit être en mesure de sortir des sentiers battus. Celui-ci doit proposer des contenus nouveaux à son public tout en faisant attention à ne pas ignorer les autres maux. Cette vision des choses est partagée par Mme Sokhna Khadydiatou Sakho de l’Agence de presse sénégalaise.

Elle encourage les journalistes à « sortir des sentiers battus, mettre l’accent sur le vécu des populations avec la pandémie, aller vers des histoires de vie ».

L’objectivité des médias remise en cause

Le phénomène des fakenews a fait un bond considérable dans cette période de crise. Internet et les médias locaux ont contribué à la diffusion de fausses informations sur la Covid-19. Ceci aurait d’un autre côté contribué à une réticence de la population vis-à-vis des mesures à adopter. Intervenant sur la question au cours de ce webinaire, M. Hyppolite Valdez Onanina du média de factchecking, Africa Check estime que les journalistes ont une part de responsabilité dans la propagation des fakenews en ce qui concerne la Covid-19.

Citant en exemple la fausse rumeur selon laquelle la peau noire serait résistante au Covid-19 et de la vaste campagne de vaccination par un groupe de chercheurs français, l’expert affirme que plusieurs fausses informations sont parties de la négligence des journalistes. « Des médias locaux ont contribué la diffusion de ces fakenews », affirme-t-il.

Selon lui, le journaliste ne doit pas « être pressé d’être le premier à publier l’information. Il faut se fier aux sources certifiées entre autre le site de l’OMS (Organisation mondiale de la santé), les centres de recherche… ».

Covid-19, prétexte aux atteintes de la liberté de presse

L’arrivée de la pandémie à Coronavirus a accentué les atteintes à la liberté de presse. Dans une situation aussi délicate que celle-ci, le droit à l’information doit être de mise. Dans son argumentaire, le juriste, Charles Vieira Sanchez affirme qu’en ce temps de crise sanitaire, « la lutte contre les fakenews ne doit pas être un moyen pour attaquer les journalistes qui dérangent ».

Ce fut une réelle opportunité pour les experts d’apporter des éclaircissements et des pistes de réflexion sur la problématique et sur les MSSP. Le webinaire prit fin sur des témoignages des expériences de plusieurs journalistes francophones de la sous-région impliqués activement dans la couverture de la pandémie du Coronavirus.

Vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...