La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Divorce TVT – Canal+ : le ministre de la communication rassure

Sur les réseaux sociaux, l’opinion publique a été informée d’une guéguerre opposant la Télévision Togolaise à la société française Canal+ et qui devrait les conduire à la rupture de leur partenariat. Ce mardi 23 novembre 2021, le ministre de la Communication, le Prof Akodah Ayewouadan a eu l’occasion de donner plus d’éclaircissement sur cette affaire. Il a également profité du canal pour mettre la lumière sur d’autres points d’ombre.

Le Prof Akodah Ayewouadan a été interrogé par le parlementaire Fiacre Atsou à la 12ème séance plénière de la 2ème session ordinaire de l’Assemblée nationale de l’année. Plusieurs points ont notamment été évoqués lors de cette session, notamment la construction du nouveau local de la TVT entre-temps mise en stand-by, le bras de fer entre la HAAC et les médias togolais, le désaccord entre la télévision nationale togolaise et le média Canal + et bien d’autres.

Sur ce dernier point, on a récemment appris via une note qui circule sur les plateformes WhatsApp que la relation entre la Télévision nationale Togolaise (TVT) et le média français Canal+, s’est dégradée. Liés par un accord qui peinerait à être respecté par l’un des protagonistes, les médias seraient sur le point de se claquer la porte au nez et ce ne serait que dans quelques jours.

METOCOB 4

Alors que les Togolais craignent depuis quelques jours de voir leur média disparaître sur les bouquets Canal+, le ministre de la communication a rassuré que la situation n’irait pas jusqu’à ce point. “Entre la TVT et le groupe Canal+ il n’y a pas de conflit. Il y a tout simplement un contrat qui lie les deux parties et les discussions sont engagées pour revoir les termes de ce contrat”, a-t-il déclaré.

À propos de la TVT, le Prof Akodah Ayewouadan indique que les travaux pour la construction de son nouveau bâtiment devant l’abriter, ont repris. “Les travaux avaient été confiés à une entreprise qui a gagné le marché, celle-ci en a sous-traité une autre. Dans l’exécution de ce contrat de sous-traitance il y a eu des difficultés qui ont fini par se retrouver devant la justice. Le temps de la justice étant relativement long, le chantier avait été suspendu pour des expertises. Tout récemment il y a eu main- levée et les travaux ont repris il y a de cela 1 ou 2 mois”, informe le ministre.

Par ailleurs, le ministre Akodah Ayewouadan n’a pas manqué de relater les réalisations de la HAAC en faveur d’un environnement médiatique plus professionnel. Selon lui, les sanctions de l’instance de régulation visent uniquement à rappeler les règles déontologiques, éthiques et professionnelles du journaliste. “En marge de cela, elle fait un travail pédagogique très important. Tout au long de l’année, il y a eu des sessions de formations et des rencontres qui sont organisées avec les journalistes pour éviter ces dérives”, a-t-il ajouté à propos des efforts de la HAAC pour éviter les dérives dans la sphère médiatique.

Il convient de rappeler que lors de cette séance, il a été question de l’étude et du vote de deux textes : le projet de loi organique modifiant la loi organique N°2018-029 du 10 décembre 2018 relative à la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC), et le projet de loi autorisant la ratification du traité de l’UEMOA sur le CREPMF.

commentaires
Loading...