La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Mali : Assimi Goïta engage le bras de fer avec la CEDEAO

270

Le colonel Assimi Goita, chef du coup d’État au Mali, a exhorté les dirigeants ouest-africains à reconsidérer les nouvelles sanctions économiques sévères qui sont entrées en vigueur lundi, après avoir annoncé un plan visant à retarder de quatre ans la tenue de nouvelles élections.

Apparaissant dans un flash d’information sur la télévision d’État, le porte-parole du gouvernement malien a déclaré avoir appris les sanctions de la CEDEAO avec “stupéfaction”. “Le gouvernement du Mali condamne énergiquement ces sanctions illégales et illégitimes”, a déclaré le colonel Abdoulaye Maiga, porte-parole du gouvernement de transition dirigé par Assimi Goita, le chef du coup d’État.

M. Goita, qui a mené deux coups d’État en l’espace de neuf mois, a cherché à rassurer les Maliens sur l’avenir financier du pays. “Il y a des inquiétudes quant aux conséquences de ces mesures, mais je vous rassure tous que nous prenons des mesures pour faire face à ce défi”, a-t-il déclaré dans une allocution à la télévision d’État.

Dimanche, le bloc régional ouest-africain a également annoncé qu’il activait la force militaire en attente de la CEDEAO, laissant entrevoir la menace d’une intervention militaire si la junte malienne continue de défier les appels internationaux en faveur d’élections démocratiques.

Assimi Goita a déclaré que le gouvernement malien restait ouvert au dialogue avec le bloc régional et a exhorté les dirigeants des pays voisins à “procéder à une analyse approfondie de la situation de notre pays, en plaçant l’intérêt supérieur du peuple malien au-dessus de toute autre considération”.

Les nouvelles sanctions restreignent également le commerce avec le Mali, mais ne s’appliquent pas aux produits essentiels tels que les produits pharmaceutiques, les fournitures médicales et les équipements de lutte contre le Covid-19. Les produits pétroliers et l’électricité sont également exclus, a déclaré le bloc régional.

Mais tous les actifs financiers du Mali détenus par la banque centrale et les banques commerciales du bloc régional seront bloqués. Les sanctions précédentes ne visaient que les dirigeants de la junte, avec des interdictions de voyager et des gels d’avoirs.

La junte malienne avait initialement accepté d’organiser une nouvelle élection fin février, 18 mois après sa première prise de pouvoir. Les dirigeants militaires affirment maintenant que la prochaine élection présidentielle n’aura pas lieu avant 2026, ce qui donne à Assimi Goita quatre années supplémentaires au pouvoir.

Dans une déclaration, les dirigeants régionaux ont qualifié dimanche ce calendrier de “totalement inacceptable” et ont déclaré que cela “signifie simplement qu’un gouvernement de transition militaire illégitime prendra le peuple malien en otage au cours des cinq prochaines années.”

commentaires
Loading...