La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Mise en application de la feuille de route : Tikpi Atchadam épingle le pouvoir de Lomé et fait appel à la CDEAO

365

Le président du Parti national panafricain (PNP) Tikpi Atchadam même en exil sort pour dire non à toute manœuvre qu’utilise le pouvoir en place pour empêcher la mise en œuvre intégrale de la feuille de route de de la CEDEAO.

C’est dans un message vocal comme d’habitude partagé sur les réseaux sociaux ce dimanche que le fils de Kparatao accuse le pouvoir d’être à l’origine du non-respect de la feuille de route. A cet effet, le premier responsable du Parti National Panafricain (PNP) appelle la CEDEAO à prendre ses responsabilités afin de ramener le pouvoir de Lomé à l’ordre pour que la feuille de route acceptée par la coalition des 14 partis politiques par le respect et la confiance des chefs d’Etats de la CEDEAO soit respectée à la lettre.

« Nous pouvons pour notre part dire que nous avons accepté la feuille de route de la CEDEAO et que nous avons respecté nos engagements par notre attitude respectueuse du contenu de la feuille de route et des Chefs d’Etat de la CEDEAO » a déclaré Me Atchadam Tikpi Salifou dans son message vocal.

« Aujourd’hui, tout le monde constate que le pouvoir s’oppose à la feuille de route de la CEDEAO, feuille de route acceptée par l’opposition. Le pouvoir, de façon manifeste pose des actes en dehors et contre la feuille de route » a-t-il ajouté.

En ce qui concerne la convocation du corps électoral pour des élections législatives du 20 décembre prochain, le juriste opposant farouche au pouvoir de Faure Gnassingbé  estime que le peuple togolais est face à  une dictature, qui en rusant avec le droit, se veut éternel. Donc selon lui, l’attitude du pouvoir de Lomé est un outrage à la CEDEAO et une provocation vis-à-vis du peuple togolais. De fait, il lance un appel à la CEDEAO.

« La CEDEAO doit prendre ses responsabilités en tant qu’une organisation soucieuse de stabilité, de démocratie et de prospérité pour l’ensemble de la sous-région » a-t-il indiqué.

Au sujet des manifestations, le premier responsable du parti à l’emblème du cheval ne compte pas baisser les bras, « Nous tenons là un motif sérieux pour reprendre les marches et personne ne nous le reprochera sans apparaître comme un soutien de la dictature » a-t-il observé. Avant d’ajouter que « la marche se fait pour l’alternance».

Vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...