La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Qui était DJ Arafat, l’artiste ivoirien décédé ce lundi 12 août ?

464

Le DJ Arafat, victime d’un accident de moto, est décédé ce lundi 12 août à la suite de ses blessures dans une clinique d’Abidjan, en Côte d’Ivoire. Symbole du « coupé-décalé », DJ Arafat a rencontré un grand succès en Afrique.

Connu pour son célèbre « coupé-décalé », Ange Didier Huon alias DJ Arafat est décédé ce lundi 12 août. Il est mort des suites de ses blessures après un accident de moto survenu en Côte d’Ivoire, dans la nuit de dimanche à lundi. L’artiste avait alors percuté la voiture d’un journaliste radio avant d’être transporté à l’hôpital. Retour sur le parcours d’une star de la musique ivoirienne, considéré comme l’un des plus grands chanteurs d’Afrique.

Une enfance difficile

DJ Arafat est né le 26 janvier 1986 en Côte d’Ivoire. Il est le fils de Tina Glamour, artiste et chanteuse ivoirienne assez controversée pour son style osé. Ange Didier Huon a connu une enfance difficile qui le fait sombrer dans l’alcool et le banditisme, dès l’âge de 11 ans. C’est le producteur Roland Le Binguiste qui le repère quelques années plus tard, alors qu’il se rend régulièrement dans le plus grand maquis abidjanais, surnommé Shangaï.

En 2003, aux prémices du mouvement « coupé-décalé », DJ Arafat se fait connaître du grand public avec son titre Hommage à Jonathan suivi d’un premier album, Goudron Noir.

Le style musical du « coupé-décalé » a été lancé par la jeunesse ivoirienne, inspiré des rythmes des percussions accompagnés d’une danse devenue célèbre. L’arrivée du « coupé-décalé » en Côte d’Ivoire correspond à peu près au début de la guerre civile ivoirienne en 2002

Surnommé Arafat pour son tempérament

Avec un fort tempérament, le jeune Didier Huon se fait surnommer Yasser Arafat par ses amis libanais. Une référence à l’ancien dirigeant du Fatah et de l’Organisation de la libération de la Palestine. L’artiste a décidé de faire de ce surnom son nom de scène.

Grâce à son premier album, l’artiste se fait inviter en France par le promoteur de spectacles Désiré Kouadio. En 2005, après la sortie de son deuxième opus Femme, il décide de s’installer à Paris, malgré l’expiration prochaine de son visa.

DJ Arafat devient alors un résident illégal en France, jusqu’à son arrestation par la police. L’artiste passe un mois dans un Centre de détention administrative avant d’être rapatrié en Côte d’Ivoire.

Au cœur de nombreuses polémiques

Le chanteur compositeur est revenu sur le devant de la scène avec un troisième album qui rencontre un grand succès en 2008. L’artiste, alors âgé de 22 ans, se hisse en tête des classements en Afrique francophone. C’est en 2010 que DJ Arafat devient réellement l’emblème du mouvement « coupé-décalé » avec un concert au Palais de la Culture d’Abidjan.

En dehors de son succès musical, l’artiste est au centre de multiples polémiques. Il a notamment été pointé du doigt pour des affaires de violences conjugales sur son ex-compagne. Il a également entretenu de nombreuses rivalités avec des artistes tels que son binôme Debordo Leekunfa, avec qui il a connu ses premiers succès.

Son dixième et dernier album Renaissance, est paru en décembre dernier ce qui lui a permis d’être deuxième sur le classement iTunes le jour de sa sortie.

Avec Ouest-France.fr

commentaires
Loading...