La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Les acteurs de la gestion des inondations et des crises alimentaires de la CEDEAO réfléchissent à Lomé

0 18

Un atelier régional de concertation entre les Etats membres de la CEDEAO, consacré à l’analyse des rapports d’évaluation sur les inondations de 2022 s’est tenu à Lomé ce lundi 17 avril 2023.

Ouverte par le ministre de la Sécurité et de la protection Civile, Gal Yark Damehane en présence de plusieurs experts venus des différents pays membres de la CEDEAO, cette réunion de deux jours, sera couplée d’un autre atelier prévu pour avoir lieu, du 20 au 21 avril 2023 et consacrée à la question de la malnutrition et de l’insécurité alimentaire causées par des inondations.

 

« Il s’agira d’analyser les conséquences des inondations de l’année 2022, les efforts entrepris par les Etats membres face à cette catastrophe et ce que la CEDEAO pourrait faire pour aider ses pays dans ce sens. Le dernier atelier va permettre de voir dans quelle mesure la CEDEAO pourra apporter sa contribution dans la lutte contre la malnutrition et l’insécurité en appui à tout ce que les Etats font déjà dans ce sens. Il faut souligner que les Etats gèrent des cas d’inondations chaque année, mais ce n’est pas une gestion durable. Il faut toujours des posts relèvements. C’est-à-dire qu’il faut voir ce qui reste à faire après une année de gestion des inondations. Et c’est l’objectif de ces ateliers », a expliqué Mme Sintiki Tarfa-Ugbe, Directrice des Affaires humanitaires et sociales de la Commission de la CEDEAO.

 

Le ministre de la Sécurité et de la protection civile du Togo, le Gal Yark Damehane a, à l’ouverture de l’atelier, félicité les organisateurs pour cette initiative et du choix porté sur le Togo pour abriter ces importantes assises.

Les inondations de 2022, a-t-il dit, ont exacerbé les difficultés rencontrées par de nombreuses communautés touchées qui étaient déjà aux prises avec des niveaux non négligeables d’insécurité alimentaire ainsi que les effets du changement climatique.

 

« Une bonne préparation à la réponse face à la situation, nécessite beaucoup d’investissements financiers et matériels. J’invite donc, au nom de nos gouvernements, l’ensemble de nos partenaires en développement et plus spécifiquement, la Commission de la CEDEAO à prêter davantage une oreille attentive à nos multiples sollicitations dans la quête du bien-être de nos populations », a-t-il indiqué.

 

Au Togo, le bilan des évaluations suite aux pluies diluviennes a fait état de 5 décès, 17 blessés, 24 889 sinistrés soit 6 717 ménages et plus de 2 098 hectares des champs de cultures dévastés

TOGOCOM VERTI
commentaires
Loading...