La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

L’ANIAC-Togo dresse le bilan de ses activités 2022 et fait ses projections sur l’année 2023

La menace de l’utilisation des agents chimiques et des engins explosifs improvisés par des terroristes comme arme de destruction et de déstabilisation de la sécurité des Etats pèse énormément sur l’humanité.

 

Le gouvernement togolais, face à cette situation a mis en place depuis 2005, l’Autorité Nationale pour l’Interdiction des Armes Chimiques. L’objectif est d’exclure complétement la possibilité de l’emploi des armes chimiques dans le pays.

 

Ainsi, l’Autorité Nationale pour l’Interdiction des Armes Chimiques (ANIAC-Togo) a procédé ce jeudi 29 décembre 2022, lors d’un point de presse, à dresser le bilan de ses activités 2022 et planifier les perspectives de 2023.

Il est à noter que l’ANIAC-Togo, selon son bilan présenté, a organisé des séances d’information, des formations et des sensibilisations. Au cours de l’année 2022, l’ANIAC-Togo a organisé un atelier de sensibilisation et de renfoncement des capacités des acteurs portuaires et du milieu industriel sur les mesures de sûreté et de sécurité chimiques.

 

Ces ateliers d’information et de sensibilisation ont permis de lutter contre l’utilisation des produits chimiques et le renforcement des capacités du personnel chargé de l’inspection dans les installations minières. L’autorité a également organisé un atelier de formation des membres de l’autorité sur les inspections des installations utilisant les produits chimiques.

Selon le 1er vice président de l’ANIAC-Togo, Akpamoura koffi, l’année 2022 a été marquée par la sensibilisation des industriels qui sont au port dans la zone franche pour l’utilisation inapproprié de ses produits chimiques. 

« Nous avons eu également a échangé avec les autorités locales de la région des savanes. Dans cette région, nous assistons aujourd’hui à une prolifération d’engin explosif qui met la population pour le mieux-vivre. Des sensibilisations ont été également organisées à l’endroit des maires et des préfets » a-t-il laissé attendre.

Celui-ci a relevé que la question au cours de l’année 2022 est de revoir les textes législatifs par rapport aux besoins sur le terrain concernant les produits chimiques et donner une certaine visibilité à la population.

 

Pour l’année 2023, l’ANIAC-Togo se propose d’intensifier les activités sur la sensibilisation et le renforcement des capacités des différentes parties prenantes de la gestion des produits chimiques au Togo.

 

L’ANIAC-TOGO, créer le 04 novembre 2015 par décret N°2015-082/PR est une réponse à la CIAC à laquelle le Togo a adhéré depuis le 23 avril 1997. Cette convention vise à lutter contre la mise au point, la fabrication, l’emploi, le stockage et le transfert des produits chimiques en vue de leur utilisation responsable au bénéfice des populations.

 

Aujourd’hui il est question de rappeler que la convention sur l’interdiction des armes chimiques est un traité international qui interdit la mise au point, la production, l’acquisition, la conservation, le transfert et l’utilisation des armes chimiques et impose aux Etats parties à des fins terroristes ou criminelles. La convention compte actuellement 193 Etats parties dont le Togo.

commentaires
Loading...