La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Contact Elite vertical

Les universités du 3ème âge, des seniors repartis sur une note de satisfecit général

5

Fin de la 2e édition des universités du 3ème âge sur un fond de satisfecit total des bénéficiaires.

Des centaines de seniors sont repartis très satisfait de cette édition que l’Institut National de d’Assurances maladie n’a pas ménagé l’effort d’organiser avec faste du mercredi 17 au jeudi 18 octobre à Lomé.

Nombreux sont ces personnes du 3ème âge qui à la clôture ont fait le déplacement pour ne pas se faire compter l’évènement, une occasion unique de l’année que l’institut national d’assurance maladie (INAM) a instauré pour permettre aux seniors de rompre l’isolement, de sortir de leur solitude, la stigmatisation, la discrimination et de s’épanouir.

Déjà deux ans que l’INAM, par ses actions et sa présence aux côtés des personnes âgées en organisant les universités du 3ème âge, a comblé le cœur des seniors à travers des formations liées à la santé mentale, physique, l’hygiène de vie et tout ce qu’ils ont besoin pour une meilleure revigoration de leur situation de vieillesse.

« C’est une satisfaction totale nous avons eu pendant ces deux jours l’opportunité d’entendre les experts nous parler de diabète, de l’hypertension et ce n’est pas que cela car nous avons eu à rêver des solutions qu’on peut apporter aux vieilles personnes en égrainant les difficultés qu’elles ont. Les échanges ont été très intéressants et beaucoup de questions qui ont été posées, des tabous brisés et également des fausses vérités ont été corrompues. Mais surtout l’un des points à retenir c’est que le troisième âge n’est pas une fatalité et c’est une graine qu’il faut semer aussitôt a dit l’un des intervenants. Et pour moi c’est très important de savoir que ce n’est pas parce qu’on est retraité ou qu’on vieilli qu’on est un bon à rien mais au contraire on peut encore contribuer. Les gens ont découvert pas mal d’informations sur toutes les associations et le programme gouvernementaux qui existent pour apporter de l’aide aux personnes âgées et ça va permettre aussi à ces gens aussi assuré à l’INAM d’être dans des conditions de vie favorable qui réduise le risque d’aggravation de leur santé » a précisé madame Myriam Dossou d’Almeida, DG d’INAM.

En effet, les personnes âgées, dès lors qu’ils constituent une richesse et une sagesse, ont besoins de cette assistance puis qu’à un moment de la vie les situations deviennent compliquées, voir difficiles pour leur mobilités et deviennent vulnérable pour les proches d’où des abandons et son isolement. Et pour INAM, c’est un problème qu’il faut enrayer pour que les personnes âgées connaissent un mieux-être, se prennent en charge, aient des assistances pour que au soir de leur vie ne regrettent pas leur existence mais plutôt constituent une « bibliothèque » comme le stipule le thème retenu cette année « personnes âgées, richesse de la nation ».

Les seniors, que sont ces femmes et hommes, constituent une richesse pour le Togo grâce à leur expérience vécues, leur carrières professionnelles et sagesses qu’ils ont à partager avec la jeunesse pour que ceux-ci se construisent et se ressaisir pour ne pas répéter les mêmes erreurs parce qu’ils sont appelé à vieillir et à servir d’exemple pour la jeunesse à venir.

« Je donne le carton vert pour l’INAM, si aujourd’hui l’INAM nous replace dans le contexte de la journée internationale c’est une très bonne action que nous apprécions. Vous allez sentir que bon nombre de personnes âgées même isolées et aujourd’hui ensemble et ont eu des informations formidables et maintenant ces personnes ont compris leur situations, donc au nom des personnes âgées je peux dire que nous sommes très satisfait. Chaque personne âgée pour combattre l’isolement doit se retrouver dans une association. Nous avons été des personnes âgées ratées on n’a pas préparé notre vieillesse mais maintenant on peut se rattraper » s’est réjoui monsieur da Silvera Comlan, président du conseil national consultatif des personnes âgées.

L’édition 2018 des universités du 3ème âge retourne dans l’agenda mais draine un bon signe que des seniors présents à cette rencontre d’échange, de communication, de sensibilisation et de causerie débat riche en atelier de formation, animé par d’éminent experts en santé et des stands d’exposition des articles « bio » pour aider ces personnes de 3èmes âges, non seulement de s’acquérir des importances que peuvent leur procurer les différents produits pour venir à bout des pathologies liées à la vieillesse mais aussi de prendre connaissance de leur tension et les conseils pour enrayer le pire et retrouver une meilleure vie, s’en félicite comme le clame si fort monsieur Gumedzoe Mawuena, un senior de soixantaine « Je tiens à remercier la directrice de l’INAM et ses collaborateurs pour cette édition et pour tout ce qui a été prévu pour les personnes âgées. Et nous espérons que les prochaines éditions vont nous permettre de mieux nous porter et de vivre plus longtemps. D’abord on prend les personnes âgées au sérieux et qu’ils ont une richesse et ils pensent que ces personnes soient en bonne santé et donc je pense que c’est une initiative louable parce qu’à un moment donné quand on va à la retraite on se sent oublié et abandonné. Mais maintenant ces initiatives nous permettent de maintenir notre santé et de se sentir en société. Nous tenons à les remercier tout en les exhortant d’étendre ces genres d’initiatives ou d’activités à l’intérieur du pays. Les thèmes ont été très bien choisit essentiellement en ce qui concerne la question de santé des personnes âge. Les présentateurs, les conférenciers nous ont vraiment mis sur le bon chemin. De façon générale, je pense que cette édition est bien réussie, nous avons appris beaucoup de choses et nous avons souhaité mettre ces informations dans des supports pour que nous puissions les relire pour ne pas commettre certaines erreurs ».

Pour madame la directrice générale de l’INAM, deux jours ne suffirait pas pour dire tout ce qu’il y a sur les personnes âgées, leurs difficultés, proposer des solutions et échanger avec eux, mais pour elles des solutions ont été retenu et souhaité par tous pour créer un canal de diffusion de formation sur tout ce qui a été dit durant les deux jours des universités du 3ème âge.

Aujourd’hui avec les nouvelles technologies, la plupart des personnes âgées ne peuvent pas s’en passer du whatsapp, les choses à venir seront encore plus sophistiquées d’où la question de les aider à pouvoir se mettre à la page et il y a lieu pour les jeunes et les personnes âgées de pouvoir travailler ensemble, avoir un cadre d’échange pour ne pas que ces deux générations soient en conflit.

- Advertisement -

- Advertisement -

commentaires
Loading...