La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

L’ex génocidaire Augustin Bizimana échappe définitivement à la justice terrestre

393

Ex ministre de la Défense rwandaise Augustin Bizimana était l’un des principaux fugitifs encore poursuivis par la justice internationale pour son implication présumée dans le génocide des Tutsis.

Contre toute attente, ce vendredi 22 mai, la confirmation de sa mort, il y a 20 ans de cela tombe. L’équipe confirme que les tests effectués sur les restes humains, correspondent effectivement aux restes du génocidaire présumé Augustin Bizimana. 

C’est un coup dur pour ses détracteurs qui y voient un laxisme de la part du système judiciaire international. « Cette lenteur du système judiciaire international, on ne peut que la condamner» Avant de continuer, « nous savons que ce système dispose de moyens colossaux pour faire toutes les enquêtes. Et s’ils doivent attendre que les gens meurent sans qu’ils aient été traduits devant la justice, c’est une façon de nous refuser cette justice-là, que nous attendons depuis longtemps. » Dixit Jean-Pierre Dusingizemungu, président de l’ONG Ibuka qui œuvre pour obtenir justice à la mémoire des Tsutis.

Vivant, Augustin Bizimana aurait dû répondre de 13 chefs d’accusation pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre. Il était aussi inculpé pour l’assassinat de l’ex-Première ministre, Agathe Uwilingiyimana, aux prémices du génocide et aurait dû répondre enfin de sa participation présumée dans l’assassinat des casques bleus belges à Kigali. « Il aurait dû faire face à la justice» Réitère Jean-Pierre Dusingizemungu.

Il échappe ainsi à la justice des hommes. Reste à savoir s’il pourra faire de même avec la justice du ciel.

Vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...