La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Lomé : Une ville à la hauteur des espérances de sa population ?

134

La ville de Lomé, n’a pas toujours possédé cet aspect qu’elle présente aujourd’hui au monde. Elle a connu de nombreux changements durant ces dernières années, surtout durant cette dernière décennie. La capitale du Togo a notamment évolué sur le plan économique, démographique que sur le plan infrastructurel.

En effet, sous sa gouvernance ces dix dernières années, le président Faure Gnassingbé a fait construire et rénover plusieurs routes reliant la plupart des quartiers de la capitale togolaise entre elles (la route de Bè, d’Adidogomé, ou de Bè Kpota en autres), plusieurs caniveaux, de même que des retenus d’eaux.
Il a également veillé à ce que soient placés des lampadaires au bord des routes, et dans certaines rues de la ville de Lomé.

En faisant construire ces quelques éléments cités plus haut, le gouvernement togolais a-t-il réussi à faire de Lomé, la ville de rêve de ses habitants ? Est-ce que la capitale du Togo convient-elle comme elle est aujourd’hui à sa population ? Et par-dessus tout, comment voient-ils Lomé dans dix ou quinze ans ?

Là sont les questions auxquelles l’agence Afrocom avec le soutien de Eiffage Togo, ont voulu connaître les réponses, en interrogeant directement les principaux intéressés.
Dans un magazine d’une durée de 13 minutes et 21 secondes, l’équipe a recueilli les avis divergents et concordants de certains résidents de la grande ville togolaise.

Pour un bon nombre de loméen, il y a encore énormément de choses à accomplir. Ils déplorent notamment l’état insalubre, non uniforme, et non conventionnel des routes qu’ils empruntent chaque jour pour se rendre à leurs services, ou dans certaines localités.
Ils soutiennent que certaines routes doivent être refaites, « celle de Sagbado et celle de Ségbé », ont-ils donné pour exemple.

Ces habitants de la ville de Lomé abordés par les journalistes, souhaitent également que leur ville soit totalement électrifiée, afin que les zones les plus reculées leurs soient accessibles de jour comme de nuit.
Ils ont également relevés le problème que pose l’inondation dans plusieurs localités de la ville fondée par Dzitri, et évidemment ces côtés non attrayants qu’ont certaines écoles, principalement les écoles publiques.

Prêtez plutôt l’oreille !

commentaires
Loading...