La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Journée mondiale Nelson MANDELA : une campagne médiatique de la libération des détenus politique lancée

61

Une campagne médiatique quotidienne de réclamation de la libération des détenus politique au Togo est lancée depuis ce dimanche 18 juillet à Lomé. C’est ce qu’affirme le Comité pour la libération de tous les prisonniers politiques du Togo et le Mouvement Conscience Mandela (MCM) lors d’une conférence de presse organisée à l’occasion de la Journée mondiale Nelson MANDELA dédiée par l’ONU aux prisonniers politiques tous les 18 juillet.

Selon ce comité, chaque jour des informations sur la situation de chacun des cent treize (113) prisonniers politiques seront publiées afin qu’« elle soit relayée par la presse nationale, internationale ainsi que les réseaux sociaux et assimilés tous les jours de la semaine ».

A cet effet le comité s’engage à mettre à la disposition des internautes un macaron à l’effigie de chacun des 113 prisonniers politiques. « Macaron que nous demandons aux internautes de mettre sur leur profil Whatsapp ou Facebook afin de sensibiliser l’opinion publique sur la situation de tous ces 113 prisonniers politiques » a précisé le comité.

« En cette solennelle occasion de commémoration la journée internationale Nelson Mandela dédiée par l’ONU au prisonnier politiques tous les 18 juillet, nous associons à la commémoration internationale de ce jour. Nous tenons à rendre hommage à la mémoire de Nelson Mandela et à tous les prisonniers politique qui, dans tous les pays de par le monde subissent injustement l’enfermement dans des lieux de détentions de toute nature pour le simple fait d’avoir exprimé des opinions divergentes de celles des régimes politiques établies et exigent leur libération immédiate et sans conditions » note une déclaration du comité lu par Claude Ameganvi.

Après cette déclaration, le comité a présenté le tableau général des prisonniers politiques du Togo. Selon cette déclaration, au Togo on note 5 prisonniers politiques morts en détention en octobre 2020 et pour lesquels le Comité continue d’exiger les investigations nécessaires sur les causes de leur décès, des poursuites judiciaires contre leurs auteurs et éventuels commanditaires pour la fin de l’impunité des crimes politiques ; plus d’une dizaine de détenus malades dont 2 hospitalisés au Cabanon du CHU-Tokoin depuis plus de 8 mois et 1 libéré pour aller se faire soigner hors du milieu carcéral, tous arbitrairement arrêtés et en détention préventive ; 16 détenus arbitrairement arrêtés et en détention préventive dans l’Affaire Goma Abdel-Aziz depuis 2018 ; 73 détenus arbitrairement arrêtés et en détention préventive dans l’affaire «Tigre Révolution » depuis 2019 ; 3 détenus arbitrairement arrêtés pour cause de manifestation pacifique de 2013 à 2018, jugés, condamnés et purgeant actuellement des peines d’emprisonnement allant de 4 à 10 ans ; 3 détenus arbitrairement arrêtés pour délit d’opinion depuis le début de l’année 2021 dont 1 en détention préventive et 2 jugés et condamnés à des peines de 8 à 24 mois de prison ; 3 détenus arrêtés depuis 2009, jugés et condamnés dans l’Affaire Kpatcha Gnassingbé de complot contre la sûreté de l’Etat et purgeant actuellement des peines d’emprisonnement allant de 15 à 20 ans.

Au total selon le comité, le Togo enregistre 113 prisonniers politiques dont 108 sont actuellement vivants.

Le comité a souligné que Akiliou Yakoubou-Abdoul, Secrétaire Général de la section PNP (Parti national panafricain) -Kpalimé, a recouvré sa liberté provisoire vendredi passé, afin de se faire soigner.

commentaires
Loading...