La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Les militants du Western Togoland appellent l’ONU à l’aide

L’Organisation des Nations et des Peuples non représentés (UNPO) a appelé le Groupe de travail des Nations Unies à se pencher sur le sort des militants du Western Togoland. L’UNPO dénonce dans sa plainte des militants du Homeland Study Group Foundation (HSGF).

Le Groupe de travail des Nations Unies a reçu une plainte dans laquelle l’UNPO dénonce la « détention arbitraire » des militants du mouvement luttant pour l’indépendance de la partie du Ghana appelée « Togo Britannique ».

Selon l’UNPO, les autorités ghanéennes ont orchestré plusieurs arrestations et détentions arbitraires des membres du mouvement HSGF pour avoir participé à des manifestations ou à des réunions en faveur de l’indépendance du Togoland.

METOCOB 4

« Un schéma de pratique a émergé par lequel les membres de la HSGF sont arrêtés en vertu d’une allégation suspecte de participation à des crimes graves tels que la trahison, détenus sans inculpation pendant de longues périodes, puis relâchés sans inculpation », a noté l’UNPO dans un communiqué de presse.

L’organisation a pris comme illustration le cas de George Nyakpo, un leader du mouvement, qui a récemment subi 156 jours de détention. « Son cas est un autre exemple de la criminalisation des mouvements d’autodétermination et des tactiques employées par les États pour les faire taire que nous voyons dans le monde entier », poursuit-elle.

L’UNPO, dans sa soumission au Groupe des Nations Unies, a dénoncé directement l’utilisation de la loi sur les organisations interdites, demandant son abrogation. « Nous contestons également la détention de M. Nyakpo de manière plus générale. Au-delà de l’utilisation de la loi sur les organisations interdites, sa détention viole le droit des droits de l’homme », a déclaré l’Organisation non gouvernementale.

L’UNPO demande au groupe de travail de l’ONU de se pencher sur ces pratiques des autorités ghanéennes. Notons que le fondateur du HSGF, Charles Korme Kudzorzi, populairement connu sous le nom de “Papavi”, a également été confronté à de multiples procès. Il est décédé à l’âge de 88 ans, le 16 octobre 2021.

commentaires
Loading...