La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Zoom sur Christine Logbo-Kossi, une directrice exceptionnelle

286

Depuis 2014, Christine Logbo-Kossi est la directrice exécutive du groupement professionnel des miniers de Côte d’Ivoire (Chambre des mines). Elle a fait partie de la liste du « Top 100 Global Inspirational Women in Mining », publié par l’organisation internationale « Women in Mining ».

C’est en 2011 que Christine Logbo-Kossi a intégré la chambre des mines de la côte d’Ivoire , une organisation qui représente les intérêts des différentes compagnies minières du secteur privé en Côte d’Ivoire.« J’ai ce secteur dans la peau. J’ai encore deux défis à relever et je dois au moins en relever un avant que je ne pense à quitter le secteur minier. J’ai aussi eu l’occasion d’assister à l’évolution de cette industrie dans mon pays, où le secteur minier a moins de 10 ans. Alors c’est extrêmement motivant d’apporter ma pierre à la fondation », a-t-elle indiqué dans l’édition du Top 100 de Women in mining. Les mines sont un secteur en devenir en Côte d’Ivoire qui regorge du manganèse (de loin la ressource minière la plus exploitée), l’or, le nickel, le diamant, le fer, le cobalt, la bauxite, le cuivre et la tantalite. En 2017, le secteur minier ivoirien a déclaré un chiffre d’affaires de 1,02 milliard de dollars.

La communication au service du secteur minier

Christine Logbo-Kossi est détentrice d’un doctorat en coopération et solidarité internationale de l’université d’Evry (France), d’un master en communication spécialité relations publiques et événementiel de l’École supérieure des sciences économiques et commerciales (Essec) en France et d’un diplôme en administration des affaires de l’université canadienne d’Abidjan.

A la fin de ses études et de retour en Côte d’Ivoire, elle recherchait un emploi classique en agence de communication, mais l’opportunité lui a été offerte de s’exprimer dans une organisation professionnelle. Spécialiste en communication et en networking, elle a été recrutée à la Chambre des mines comme secrétaire exécutif afin d’utiliser notamment ses compétences pour développer une forte relation entre les acteurs miniers et gérer les engagements de l’industrie minière avec les parties prenantes, y compris le gouvernement et la société civile.

Pas intimidée par le travail à accomplir, elle a assumé ce poste et mis ses compétences au service de la Chambre des mines. L’un de ses plus grands challenges à ses débuts a été de faire une présentation en anglais devant un public composé d’experts miniers. Une « épreuve » qui s’est transformée en opportunité puisqu’elle a présenté ses idées à avec une passion et brio qu’elle a été invitée à rejoindre le conseil d’administration d’un programme international. Trois ans après avoir rejoint le Chambre des mines de Côte d’Ivoire, Christine Logbo-Kossi a été promue directrice exécutive, faisant d’elle la première femme à tenir à assumer ce poste en Afrique de l’Ouest.

Donner de la voix aux femmes du secteur minier

Après avoir évolué dans le secteur et avoir constaté que les femmes y étaient peu représentées (Peu de femmes géologues avec peu d’avancement, peu de femmes à des postes de décision sauf si elles sont expatriées…), elle a créé et dirige, depuis mars 2015, le réseau des femmes minières de Côte d’Ivoire ( FEMICI) afin de donner de la voix à celles qui y sont et en attirer d’autres. Elle est également un membre très actif du réseau des femmes du secteur minier en Afrique de l’Ouest (WIMOWA).

Mariée et mère de deux enfants, Christine Logbo-Kossi travaille à valoriser les opportunités du secteur minier auprès des femmes, de sorte qu’elles soient bénéficiaires des retombées de ce secteur ainsi que des leviers de développement en Côte d’Ivoire et en Afrique de l’ouest.

En mai 2016, après un voyage en Australie, à l’occasion d’un programme spécial de visite , où elle a rencontré plusieurs personnalités et institutions du secteur minier et d’autres secteurs, elle travaille à la création d’un réseau d’affaires Australie-Afrique de l’Ouest (West Africa Australia Network – WAAN) qui vise à renforcer les relations d’affaires entre l’Afrique de l’ouest et l’Australie, et encourager l’accès aux femmes dans le secteur minier, notamment en faisant la promotion du Australian Award Scolarship, bourse octroyée par le gouvernement Australien afin de renforcer les compétences dans plusieurs secteurs dont celui des ressources naturelles.

source: africanshapers

commentaires
Loading...