La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

A Agnigbo, deux jeunes désormais autonomes grâce à l’élevage

96

Le projet d’Emploi des Jeunes Vulnérables (EJV) /Travaux à haute intensité de main d’œuvre (THIMO) encore appelé volontariat communautaire et formation en cours d’emploi emballe des jeunes qui trouvent aujourd’hui de l’intérêt à s’adhérer. C’est le cas de deux jeunes bénéficiaires originaires du village Agnigbo tous du canton de kamina dans la préfecture de l’Est-Mono (région des plateaux).


Il s’agit de Edikou Raimi et de Abalo mouda. Tous deux ont choisi de mener comme micro-projet l’élevage de poules traditionnelles.

Edikou Raimi

Pour Edikpou Raimi « je fais l’élevage des poules traditionnelles. J’ai démarré avec quinze, dont dix poules et cinq coqs ». Une activité qui réussit et aujourd’hui il a trente-deux poules et dix-huit coqs et aussi des petits poussins.
Ces jeunes, qui au départ ne savent pas à quel saint se vouer, à cause de leur niveau de scolarité abandonné en cours de chemin pour manque de moyens des parents, arrivent à joindre les deux bouts grâce à l’initiative d’Anadeb.

« J’ai reçu une subvention de soixante mille » témoigne Raimi qui précise qu’avec cette subvention il est arrivé à construire son enclos pour les poules et les coqs « j’ai utilisé pour le poulailler vingt-cinq mille et le reste pour les aliments » relève –t-il, tout en avouant que c’est une activité très rentable qui lui permet de se nourrir et d’aider les autres de ma famille.

Aujourd’hui, le projet leur permet de viser loin et grand. Son activité s’agrandit, ainsi il veut élargir son enclos et demande si « le projet peut nous aider, on peut encore augmenter », car « je veux élargir mon poulailler et il y a aussi la peste qu’il faut éviter ».

Tout comme lui, Abalo Mouda bénéficiaire de THIMO dans la même zone, se félicite de l’arrivée de ce projet qui lui permet de démarrer son activité.

“On nous a donné une subvention de 70 milles. C’est dans cet argent que j’ai acheté depuis Lomé des poules, de la nourriture et des abreuvoirs. Au début, cela n’a pas marché, quelques poules sont mortes. C’est ainsi que je suis allé acheter des coqs et des poules traditionnelles de chez nous. C’est avec ces poules et coqs, 20 au total que j’élève », précise-t-il.

Abalo Mouda

Aujourd’hui, le jeune Abalo Mouda s’en sort bien et a dans son enclos plus de 54 poules, des poussins et plusieurs coqs. Il pense lui aussi étendre son enclos pour contenir plusieurs poules.

Abalo Mouda

Les bénéfices issues de ces élevages serviront pour ces jeunes à lancer d’autres activités génératrices de revenus.

Il faut préciser que le THIMO est exécuté pendant 80 jours dans les villages bénéficiaires du projet EJV par les jeunes des mêmes villages sélectionnés lors des tirages au sort. Ce sont des jeunes femmes et hommes handicapé(e)s ou non, âgé(e)s de 18 à 35 ans, non scolarisés(e)s ou déscolarisé(e)s qui sont enrôlés pour des travaux. Pour le travail rendu, ils sont rétribués à 1500 FCFA/jour pendant 80 jours (y compris les jours de formation). 70 jeunes sont sélectionnés par village. Dans la région des Plateaux, 41 villages sont bénéficiaires du projet.
L’objectif est d’offrir l’occasion aux jeunes de se développer de saines habitudes de travail et d’acquérir des valeurs civiques tout en participant à une activité valorisée par la communauté.
L’initiative pilotée par l’Anadeb est financée par la Banque mondiale à hauteur de 92,1 milliards de francs CFA.

commentaires
Loading...