La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

En route pour une réorganisation de l’Etat civil

newworld
602

Le ministre Payadowa Boukpessi de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales a lancé jeudi à Lomé une tournée de concertation avec les acteurs d’état civil, une tournée qui s’étendra  aux autres chefs-lieux des 5 régions et de préfectures. L’objectif est d’échanger avec les acteurs concernés et recueillir les informations pouvant aider à approfondir le diagnostic du système d’état-civil togolais.

Ledit comité a pour mission de réorganiser le système de l’état civil au Togo. Il devra faire un état des lieux exhaustif de l’état civil, définir un cahier de charge à l’endroit des différents acteurs de la chaînes de production et d’exploitation des actes de l’état civil.

C’est dans ce sens qu’une tournée de concertation est initiée pour aller à la rencontre des acteurs concernés. La tournée lancée jeudi rassemblera un public-cible constitué de préfets, présidents de délégations spéciales, chefs traditionnels, secrétaires généraux de mairies et secrétaires de conseil de préfectures, agents d’état-civil, de santé, de justice, membres de comité de développement à la base, représentants de parents d’élèves, chefs cantons, …

Les rencontres permettront au comité d’échanger avec ces acteurs et recueillir les informations pouvant aider à approfondir le diagnostic du système d’état-civil togolais, recueillir les propositions des usagers. L’idée est de parvenir à une amélioration les prestations et amener les populations à avoir la culture de l’enregistrement des faits d’état-civil.

Pour le ministre en charge de l’administration territoriale, l’état civil est l’une des préoccupations majeures du gouvernement togolais pour le fait que ses prestations se rapportent directement à la vie du citoyen, de la naissance à la mort.

« Il constitue un outil de planification de développement. L’état civil devient un des maillons essentiels pour l’exécution efficace du Plan national de développement (PND) 2018-2022 dans son axe 3 relatif à la consolidation du développement social et le renforcement du mécanisme d’inclusion », a déclaré Payadowa Boukpessi.

Le ministre précise par ailleurs que l’état-civil est source de fiabilisation du fichier électoral. Sur ce point, il reconnait que l’état civil togolais souffre d’organisation et de fonctionnement. Et les pouvoirs publics sont désormais résolus à procéder à une amélioration du système d’enregistrement des faits d’état-civil qui constituent un élément important dans la chaîne des services publics rendus aux citoyens.

Au Togo, l’état-civil est confronté à plusieurs difficultés. Il s’agit entre autres de la méconnaissance par les usagers des procédures de délivrance des actes et pièces de l’état-civil, la lourdeur administrative dans le traitement des dossiers, l’indisponibilité des signataires dans certains cas, insuffisance des agents d’état-civil qualifiés, non retrait des actes de l’état-civil par les usagers ainsi qu’une faible collaboration entre les acteurs.

Malgré l’existence des dispositions qui font obligation aux parents de déclarer les naissances, il est indiqué qu’environ 20% des enfants nés au Togo ne sont pas déclarés dès leur naissance.

A ce sujet, la Représentante résidente adjointe de l’UNICEF au Togo a exhorté les autorités à poursuivre les efforts afin que tous les enfants puissent être déclarés dès leur naissance.

source: togobreanlingnews

Laisser un commentaire