La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

JAEEES 2020 : Le ministre Payadowa Boukpessi à l’école de l’état civil et de la pièce d’identité

327

Ce 10 août est célébrée la 3e édition de la Journée africaine de l’enregistrement des faits d’état civil et de l’établissement des statistiques de l’État civil(JAEEES). À cette occasion, le ministre togolais de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales, Payadowa Boukpessi, a expliqué l’importance de l’état civil et des pièces d’identité.

« L’état civil permet de renforcer la gouvernance et l’administration publique à travers l’élaboration et la mise en œuvre des politiques et de programmes fondés sur la connaissance des données fiables. L’état civil favorise l’efficacité des systèmes électoraux en contribuant à l’établissement et à la mise à jour des fichiers électoraux. Il permet de mesurer avec précision la dynamique des populations », a expliqué Payadowa Boukpessi.

En effet, le gouvernement a pris plusieurs mesures, entre autres, la création par décret N° 2018-071/PR du 18 avril 2018 du Comité technique sur l’état civil dont la mission est de réfléchir à la réorganisation du système de l’état civil au Togo.

« Les actes de naissance et de décès produits par l’état civil doivent être une source permanente, continue, universelle et fiable de statistiques permettant une planification précise et en temps voulu. En effet, le registre des naissances et des décès est la source d’information la moins coûteuse à utiliser pour alimenter le système national d’identification (nationalités, cartes d’identité nationale, passeports). Il contribue aussi à protéger les enfants contre les abus, notamment le travail des enfants, le mariage des enfants. L’état civil assure aux citoyens l’accès aux services publics : éducation, santé, allocations financières et autres services sociaux », a-t-il éclairci.

« Enregistrement à l’état civil et les statistiques de l’état civil, un service essentiel pour surveiller et atténuer l’impact des situations d’urgence », tel est le thème sur lequel porte cette célébration en 2020. À ce propos, le ministre Boukpessi estime qu’il « traduit à suffisance, l’intérêt que tous les acteurs sont appelés à manifester en vue de l’amélioration d’un système de l’état civil malgré la pandémie du coronavirus qui a imposé au monde entier un nouveau mode de vie que tous les États sans distinction sont contraints d’adopter avec pratiquement la même stratégie de riposte ».

C’est en décembre 2017 que l’Union africaine a décidé de consacrer le 10 août à la journée africaine de l’enregistrement des faits d’état civil et de l’établissement des statistiques de l’état civil.

Vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...