La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Prévention de la violence sexuelle chez les adolescents: Petite Soeur à Sœur satisfait des résultats enregistrés dans les régions de la Kara, Plateaux et Maritime

L’Association Petite Sœur à Sœur (PSAS) a présenté ce mercredi 14 décembre à Lomé, le bilan de son projet de prévention de la violence sexuelle basée sur le genre et renforcement de la santé sexuelle et reproductive et des droits des enfants et des adolescents au Togo après 3 ans d’activités très satisfaisant. C’était en présence du représentante du ministre de l’Action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation, Mm Azoti Hodalou, des chefs traditionnels, des acteurs du monde de l’éducation et de la santé de la reproduction.

D’une durée de trois ans, du 1er octobre 2019 au 31 décembre 2022, ce projet de « Prévention de la violence sexuelle basée sur le genre et renforcement de la santé sexuelle et reproductive et des droits des enfants et des adolescents au Togo » de l’Association Petite Sœur à Sœur a permis de contribuer à l’amélioration de la santé sexuelle et de reproduction des enfants et des jeunes des régions de la Kara, des Plateaux et Maritime. 

En effet durant les trois ans, l’ association Petite Sœur à Sœur a eu  à former 72 pairs éducateurs dans 13 écoles et 05 centres syndicales, 610 causeries et 868 entretiens individuels organisés, 26 sensibilisations publiques, 06 journées d’échanges et 26 émissions radiophoniques réalisés pour sensibiliser et éduquer les adolescents sur les meilleurs comportements à adopter.

 

Dans les préfectures de Vo, Agou, Danyi, de la Kozah et dans le Grand Lomé, le projet a contribué à la mise en place et la formation de 53 comités de protection des droits des enfants des filles et femmes.

Aussi le projet enregistre dans son exécution 12 ateliers de réflexion et une table ronde avec la société civile et les acteurs étatiques dans ces préfectures concernées par le projet et 175 cas des violences suivis et accompagnés.

Fière des performances enregistré dans l’élaboration de ce projet et de l’impact significatif constaté au niveau communautaire, la directrice exécutive de Petite Sœur à Sœur, Marie Ama Akototse relève que «Nous pouvons nous féliciter que la majorité des objectifs de ce projet ont été atteints. Sur le plan qualitatif, le projet a permis aux jeunes d’avoir des connaissances sur la santé sexuelle et reproductive et les droits humains. Le projet a également permis à ceux-ci de connaître leurs droits et de pouvoir les revendiquer. Aujourd’hui, les jeunes des localités bénéficiaires sont capables de se rendre dans les centres de santé pour demander des conseils et bénéficier également des services de santé sexuelle et reproductive notamment la prise en charge des IST, le dépistage du VIH et aussi pour avoir les services de contraception. Ce qui contribuera à faire reculer les taux de grossesses dans les communautés ».

Il faut rappeler que le projet a été rendu possible grâce à l’appui financier et technique de “Action Medeor” et de la Coopération allemande.

 

commentaires
Loading...