La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Les enseignants du secteur privé menacent de boycotter les cours à la reprise

526

La reprise prochaine des cours ne sera pas aisée dans certaines écoles privées au Togo. Les enseignants du secteur privé menacent de boycotter généralement les cours et optent pour une manifestation pacifique sur toute l’étendue du territoire afin d’exprimer leur ras-le-bol vis-vis du comportement « indécent » de certains chefs d’établissement scolaires.

Depuis le 20 mars 2020, « le gouvernement togolais a procédé à la fermeture des établissements scolaires pour riposter contre la menace sanitaire que constitue la Covid-19 ».

A cet effet, nombreux sont des fondateurs des établissements scolaires qui profitent de la situation en refusant carrément de payer les salaires.

« Dans la foulée, alors qu’il ne restait qu’une poignée de jours pour que les enseignants ne soient en congés, certains fondateurs d’établissements scolaires ont pris pour argument cette décision de fermeture et d’un prétendu non recouvrement des frais de scolarités auprès des parents d’élèves pour refuser de payer les salaires normalement dûs aux camarades pour le compte du mois de mars 2020 et par la suite, ceux des mois suivants », peut-on lire dans le communiqué signé par des regroupement des enseignants du secteur privé.

Selon le communiqué, d’autres fondateurs ont suspendu les contrats de travail au mépris des dispositions des articles 54 et suivants du code du travail et ce jusqu’à nos jours, laissant l’enseignant du secteur privé dans une précarité extrême.

Un dialogue échoué

Pour une démarche apaisée, les enseignants ont initié une rencontre pour dialoguer avec leurs chefs hiérarchiques, mais tout a échoué.

Dans un but « pacifique » et pour éviter une crise supplémentaire qui n’avantagerait aucun « acteur de l’éducation », la coordination, a malgré les « pressions des collègues », initié des démarches pour trouver une issue négociée à la crise au travers d’un cadre de dialogue avec tous les acteurs, indique le communiqué.

« Néanmoins, la coordination est au regret de constater que toutes ses démarches se sont révélées infructueuses, mieux, se sont butées à un refus catégorique de dialoguer de la part de nos employeurs, les promoteurs d’établissements scolaires » informe le communiqué.

Datant du lundi 8 juin 2020, ce communiqué est signé par trois regroupements des enseignants du secteur privé, notamment SYNEP TOGO, EP-TOGO et AEPLED,

commentaires
Loading...