La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Marché du ciment : concurrence déloyale

1 079

Au mépris de toutes les règles commerciales en vigueur dans le pays et dans l’espace communautaire CEDEAO, le marché togolais est envahi depuis quelques semaines, par le ciment de marque Dangote, en provenance du Nigéria où ce produit bénéficie de subventions étatiques. Une concurrence déloyale pour les entreprises locales.

Depuis quelques semaines, des tonnes de ciment de marque Dangoté, du nom de l’homme le plus riche d’Afrique, sont déversés sur le marché togolais. Bloqué quelque temps, à la frontière de Sanvee-Kondji, le ciment Dangoté a réussit à faire rentrer dans le pays, au mépris de toutes les règles communautaires, notamment sur le Schéma de Libéralisation des Echanges de la CEDEAO (SLE),  qui assure la libre circulation des marchandises sans le paiement des droits de douanes et des taxes d’effet équivalent à l’importation dans l’espace CEDEAO.

La plupart de ses concurrents locaux, dénoncent un dumping commercial qui peut-être défini comme «une pratique fréquente dans le commerce international, permettant à des entreprises exportatrices de s’implanter sur un marché nouveau, où les habitudes des consommateurs ne leur permettraient pas de vendre leurs produits s’ils étaient proposés au même prix que ceux de leurs concurrents locaux. Cela peut conduire à des ventes à un prix inférieur au prix de revient. Le dumping est interdit par l’OMC (Organisation mondiale du commerce), car il est considéré comme une concurrence déloyale ».

Malgré, les différents prix à la baisse promis pour appâter les clients (jusqu’à 66.000FCFA la tonne, contre 81.000 francs fixés par l’état pour les sociétés locales), les descentes dans différents points de vente du ciment Dangoté nous ont permis de constater que le ciment Dangoté se vend pratiquement au même prix.

Reçu d'achat d'un consommateur final
Reçu d’achat d’un consommateur final

Il est impératif que l’état, intervienne énergiquement, pour protéger ses entreprises et préserver au détour des emplois, car non seulement les entreprises locales payent des taxes et emploient des dizaines de togolais, mais ne peuvent pas à comme Dangoté, importer du ciment vers le Nigéria.

 

Le n°1 du marché, CIMTOGO reste serein

Si l’on peut craindre que cette concurrence déloyale, inquiète les concurrents locaux de Dangoté, Cimtogo, filiale du groupe allemand HeildelbergCement affiche une sérénité imperturbable.

Coté qualité, « Le ciment de CIMTOGO respecte les normes internationales puisque les standards utilisés sont les standards européens que ce soit en matière de qualité technique ou de respect des normes environnementales ; ce qui n’est pas forcément le cas des produits de ses concurrents.», explique la direction du groupe.

Il est vrai que le ciment Toro produit par CIMTOGO qui a servi à construire les plus grands édifices comme l’Hôtel du 2 février actuel Radisson, l’aéroport de Lomé, les différentes routes et édifices publics, le port autonome…

Présente au Togo depuis près de 50 années à travers CIMTOGO et deux autres filiales, le groupe Heidelberg s’est lancé récemment dans la construction d’une cimenterie à AWANDJELO dans la région de la KARA.

Cette cimenterie va permettre de mieux alimenter le marché intérieur. Elle aura une capacité de plus de 200 000tonnes de ciment par an. CIMTOGO se rapproche ainsi de plus en plus de ses clients avec des délais d’approvisionnement compressés. En outre une centaine d’emplois directs sera disponible et avec les différents prestataires plusieurs centaines de futurs emplois induits.

A noter aussi que, contrairement au groupe Dangote, épinglé récemment par des communautés locales dans des pays comme le Sénégal, pour avoir implanté des usines, sans étude d’impact environnemental préalable, le groupe HeidelbergCement investit beaucoup dans les communautés locales, dans lesquels sont implantées ses unités de production, pour catalyser leur développement.

commentaires
Loading...