La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Droit de l’homme: renforcement des capacités du comité de pilotage

newworld
438

La première réunion du comité de pilotage du projet de renforcement des capacités nationales et communautaires en prévention des conflits et violences et en protection des droits de l’Homme au Togo a eu lieu ce jeudi 25 juillet à Lomé. 


Initié par le ministère de la Planification du développement et de la coopération en collaboration avec le PNUD, l’UNICEF et le Haut-commissariat des nations unies pour les droits de l’Homme, ce projet entend contribuer au renforcement des capacités nationales et communautaires en prévention des conflits et violences et en protection des droits de l’Homme au Togo.


L’occasion a permis au comité de pilotage de mettre en place des stratégies adéquates pouvant orienter les actions du projet afin d’adresser les contraintes éventuelles pour l’atteinte des résultats escomptés dans les délais requis. Elle a donné lieu entre autres à la présentation des rapports trimestriels des activités menées par le comité, suivie d’échanges sur ledit rapport.


Selon le coordonnateur résident du Système des Nations Unies (SNU) au Togo, Damien Mama, la présente réunion constitue un jalon important dans le démarrage effectif du projet en ce sens qu’elle représente l’instance d’orientation stratégique du projet et une exigence des Nations Unies dans le processus de sa gestion. Mama a souhaité le lancement sous le leadership du gouvernement, du processus de demande d’éligibilité du Togo au Fonds pour la consolidation de la paix (PBF). Pour lui, l’obtention de cette éligibilité permettra au Togo de mobiliser des ressources importantes auprès du PBF pour la prévention des conflits et la construction d’une infrastructure pérenne pour la paix dont le pays a besoin pour préserver les gains de développement et accélérer sa marche vers la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD).


La ministre de la Planification du développement et de la coopération, Mme Demba Tignokpa a indiqué que les défis à relever en matière de sécurité et de respect de droits de l’Homme sont encore nombreux compte tenu de la nécessité pour le Togo de mettre en œuvre des projets structurants tels que prévus dans le Plan national de développement (PND), en vue d’une transformation structurelle de l’économie togolaise et de l’amélioration du bien-être social. 


« Je reste convaincue que notre engagement à travailler en synergie ainsi que la recherche systématique de complémentarité avec les autres initiatives en cours dans le pays, permettront d’obtenir les résultats recherchés », a-t-elle dit.


Le projet de renforcement des capacités nationales et communautaires en prévention des conflits et violences et en protection des droits de l’Homme au Togo est une réponse du système des nations unies aux efforts du gouvernement togolais en matière de prévention de conflits et de consolidation de la paix. Le projet d’une durée de 18 mois (novembre 2018-mai 2020), est financé par le PBF à hauteur de 2,5 million de dollars US.

source: Atop

Laisser un commentaire