La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

La troisième édition du Festival « Demain il Fera Beau » officiellement lancée

167

La troisième édition du Festival « Demain il Fera Beau » est officiellement lancée ce samedi 27 novembre dans la ville historique, d’Aného avec pour thème : « La lutte contre l’érosion côtière pour la sauvegarde du patrimoine culturel ».
L’événement a été officiellement lancé par le représentant du ministre de la Culture et du tourisme, Djabene Douti Bintin en présence des autorités traditionnelles, politiques, culturelles et de la marraine de l’événement Kayi Dogbe.

« Le présent festival « demain, il fera beau » s’inscrit parfaitement dans la vision globale de la politique culturelle de notre pays qui est de construire « une nation unie sur un socle culturel diversifié et en perpétuelle réhabilitation ou recréation. La culture, de toute évidence, reste le meilleur moyen de relever des défis économiques de notre pays, c’est pourquoi le gouvernement n’a ménagé aucun effort pour accompagner les initiatives culturelles depuis 2013 à travers le Fonds d’Aide à la Culture. Je voudrais donc inviter le responsable du festival à amener les jeunes à s’approprier ces défis de développement afin de créer des conditions nécessaires au développement de la ville historique d’Aného et partant de notre pays » a lancé Djabene Douti Bintin, le représentant du ministre.
La première journée du festival a connu la finale du championnat national du slam patriotique. Sur les 11 participants, le jeune D’Nsi Amedenyato remporte le premier prix du concours.

Le lauréat recevant le prix dans la main de la marraine
Le lauréat recevant le prix dans la main de la marraine


La marraine de l’édition, madame Kayi Dogbe s’est réjoui de l’engouement et la qualité des textes développés par les jeunes slameurs ce qui est en lien avec le thème de l’événement. Elle a invité à l’appropriation de ces valeurs civiques pour sauver la côte togolaise.

Elle poursuit en précisant que la culture, c’est l’âme, c’est l’identité d’une nation. La thématique que le festival demain, il fera beau, défend dans cette édition, « nous interpelle tous parce que ça nous parle de l’érosion côtière. Si nous refusons de faire quelque chose dans notre coin, la mer risque d’arriver dans nos chambres à coucher. La défense de la protection de l’environnement, j’ai bien aimé et ce clin d’œil à la ville tricentenaire et je dirai que la musique est dans nos vies, la musique est au cœur de notre vie, la musique est notre vie, et notre vie est musique, parce que même nos silences sont une musique. Donc c’est tout ce que ça représente comme art et culture qui m’a excité et à être derrière ce festival à les accompagner en tant comme marraine » a précisé Kayi Dogbé.

Pour cette édition spéciale, les artistes, slameurs, amoureux de l’art et de la musique se sont retrouvés sur l’embouchure dans le bar miadjoe, pour parler de cette érosion côtière qui est en train d’envahir la ville d’Aneho et toutes les villes installées sur la côte togolaise. Pour l’initiateur Kaporal wisdom, ce fléau fait trop de victimes dans le lac. C’est pourquoi il est important d’organiser du tel événement pour réveiller les consciences.
En ce qui concerne le volet social, 3.000 jeunes cocotiers ont été mis en terre ce dimanche 28 novembre, dans la préfecture des lacs. Histoire pour l’initiateur de contribuer à la sauvegarde de cet environnement en disparition alarmante.

La marraine recevant  l'album des slams des participants
La marraine recevant l’album des slams des participants

L’événement, c’est aussi de la musique en live. Et ce dimanche, les artistes de la musique togolaise se sont joints à la fête. Histoire de jauger la performance des artistes togolais qui n’ont plus connus la scène depuis l’apparition de la pandémie à coronavirus.

Les participants
Les participants


La soirée a connu la participation des artistes nationaux et internationaux. Le festival demain, il fera a reçu le soutien du fonds d’aide à la culture, à l’Institut français, du programme d’appui de lutte contre l’érosion côtière.

commentaires
Loading...