La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Rapport du PNUD sur le développement humain : le Togo gagne 5 places

La ministre secrétaire générale de la présidence de la république, Ablamba Sandra Johnson, a présidé au nom du président de la République ce vendredi 19 mai 2023 à Lomé, la cérémonie de lancement du rapport sur le développement humain, édition 2021-2022, publié par le Programme des nations unies pour le développement (PNUD). Ce rapport indique une hausse du revenu national brut de 1602 $US en 2019-2020 à 2167 $US en 2021-2022.

Le document dont le titre est intitulé « Temps incertains, vies bouleversées : façonner notre avenir dans un monde en mutation », a été symboliquement remise à la ministre par la représentante au Togo du PNUD, Binta Sanneh.

Il examine les sentiments d’incertitude et d’insécurité suscités par la pandémie de COVID-19 qui, apparue depuis trois ans, la guerre en Ukraine dont les répercussions au niveau mondial provoquent d’immenses souffrances humaines, y compris une flambée du coût de vie et les catastrophes climatiques et écologiques qui menacent la planète.

Pour tracer une nouvelle voie, le rapport recommande de mettre en œuvre des politiques axées sur l’investissement — des énergies renouvelables à la préparation aux pandémies et sur l’assurance notamment la protection sociale — qui prépareront nos sociétés aux aléas d’un monde incertain.

Parallèlement, l’innovation sous ses nombreuses formes (technologique, économique, culturelle) peut également renforcer les capacités pour répondre aux difficultés à venir.

En ce qui concerne le Togo, le rapport révèle un progrès notable. Il stipule que l’indice de développement humain est passé de 0,515 en 2019/2020 à 0,539 en 2021/2022, faisant passer le pays du 167ème rang sur 191 pays au 162ème, soit un gain de cinq places.

Comme autre fait marquant, la tendance de la performance économique facilitée par la résilience du pays grâce aux efforts du gouvernement, a contribué à l’amélioration de la qualité de vie des populations. En effet, l’espérance de vie à la naissance est passée de 61 ans en 2019/2020 à 61,6 ans en 2021/2022.


En outre, le revenu national brut a également connu une hausse passant de 1602 $US en 2019/2020 à 2167 $US en 2021/2022.

L’IDH du Togo en perpétuelle évolution est passé de 0,484 en 2014 à 0,487 en 2015, puis, 0,503 en 2017, 0,513 en 2018, 0,515 en 2019-2020 puis à 0,539 en 2021/2022.

Pour Ablamba Sandra Johnson, ministre secrétaire générale de la présidence de la république, ces résultats traduisent la mise en œuvre de la politique d’inclusion prônée par le Chef de l’Etat, notamment ne laisser personne de côté.

« Il est de souligner que depuis quelques années, l’IDH du Togo est en perpétuelle évolution, témoignant ainsi des efforts d’investissement du gouvernement dans les secteurs sociaux de base. Une des réponses urgentes à la crise sanitaire qui a secoué le monde entier dans notre pays est l’adoption et la mise en œuvre de la feuille de route 2020-2025 avec pour vision de faire du Togo, un pays de paix et une nation moderne avec une croissance économique inclusive durable », a noté la ministre.

Elle a félicité le gouvernement togolais notamment le président de la République pour son leadership dans le pilotage des actions de développement de notre pays en général et pour sa politique de renforcement du capital humain en particulier.

Elle a aussi lancé un appel aux partenaires pour une mobilisation des ressources indispensables à l’exécution des programmes et réformes inscrits dans le feuille de route. Elle a par ailleurs appelé à maintenir le cap de la mobilisation des ressources et surtout redoubler d’efforts afin de relever le défi sécuritaire qui sevi dans la région des savanes.


Binta Sanneh, représentante résidente du PNUD de son côté, a salué les efforts du pays dans le rapport, tout en estimant qu’il sera une ressource précieuse pour façonner un avenir plus inclusif, plus durable et plus prospère pour tous.

Le développement humain s’entend comme l’élargissement de la gamme des choix offerts à la population, lesquels choix permettent de rendre le développement plus inclusif et participatif. Ces choix doivent comprendre des possibilités d’accéder aux revenus et à l’emploi, à l’éducation et aux soins de santé et à un environnement propre ne présentant pas de danger. Il s’entend également comme la possibilité pour l’individu de participer pleinement aux décisions de la communauté et de jouir des libertés humaines, économiques et politiques.

Cependant, le PNUD estime qu’il y a des imperfections criardes à corriger surtout au niveau national en terme d’inégalités genres. A ce niveau, le Programme relève que les femmes affichent un indice de développement de 0.497 contre 0.586 pour les hommes.

commentaires
Loading...