La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Le face à face entre force de l’ordre et les manifestations est très vif

238

La Coalition des 14 partis politiques de l’opposition a annoncé reprendre les manifestations de rue pour des raisons de la lenteur dans l’avancement des pourparlers et l’organisation unilatérale du processus électorale du gouvernement.

La coalition des 14 partis maintient les manifestations de rue des trois jours à compter de ce mercredi malgré que le gouvernement à travers le ministre de l’administration territorial, Payadowa Boukpessi ait adressé un courrier annonçant l’interdiction des manifestations.
Mais la coalition avec le déplacement effectué lundi dernier à Accra où elle a échangé avec Nana Akufo-Addo, facilitateur de la crise togolaise, montre à suffisance le retour des manifestations.

Le mardi, devant les journalistes, la coalition a fait le point aux journalistes de ses échanges avec le président Nana Addo et a appelé les populations de Lomé et des localités de l’intérieur du pays à sortir massivement pour donner un signal au pouvoir.
Mais, comme on le contact ce matin, les lieux de rassemblement pour le démarrage des manifestations à Lomé comme à l’intérieur du pays sont pris d’assaut tôt par les forces de l’ordre, car ces manifestations ont été interdites par le ministère de l’administration territoriale.

« Les manifestations de cette semaine devront être des signes pout le régime de prendre au sérieux les revendications des Togolais. Nous pensons qu’il est temps que Faure se prononce vite sur les revendications de son peuple », a déclaré Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, Coordinatrice de la Coalition des 14.

Pour le chef de fil de l’opposition « Peut-être que nos manifestations n’ont pas encore atteint l’ampleur devant forcer Faure Gnassingbé à situer le peuple sur sa position en 2020. Moi je ne suis pas pressé. Nous allons manifester et je suis sûr qu’il va tôt ou tard se prononcer », indique Jean-Pierre Fabre, chef de file de l’opposition.

Ce matin à Sokodé, à Kpalimé comme les autres villes la tension est vive, on annonce déjà des jets de gaz lacrymogène

Vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...