La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Les doutes d’Agbéyome Kodjo sur le PND-tour

259

Le Plan national de développement (PND) continu a subit des critiques, surtout avec le déroulement du PND-tour lancée vendredi par le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé à Tsévié et qui doit sillonner 19 localités pour parler de ce programme aux Togolais. Après Gerry Taama du NET qui a qualifié le tour de ‘pagaille’, Agbéyome Kodjo veut aller voir le chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé

Selon le président du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD), cette tournée n’est pas indiquée pour faire adhérer les Togolais à la chose. Au lieu de folkloriser le programme, a-t-il insisté, il faut penser à comment régler les ‘problèmes internes’ pour amener tout le monde à adhérer à ce programme.

« Tout ce qu’on doit faire pour décliner le contenu du PND, c’est ce qui est important. Mais dire qu’on va circuler 19 localités, pour moi, les conseillers qui entourent le président Faure sont en train de lui raconter des histoires. Je suis un homme averti, le tour-là, ce n’est pas ça », a-t-il déclaré dimanche sur la radio Pyramide FM.

Pour ce Togolais averti qui a été Premier ministre et président de l’Assemblée nationale, cet ‘ambitieux’ programme a besoin de financement mais pas de balade pour générer d’autres frais dont le Togo a besoin pour faire face à d’autres défis.

« Beaucoup de gens se plaignent aujourd’hui que c’est difficilement qu’ils arrivent à faire un repas par jour. Ce défi, cherchons à le relever avant d’en créer d’autres. Faure Gnassingbé doit donner aux Togolais leur pain de chaque jour », a-t-il suggéré.

Agbéyomé Kodjo ne cache pas son intention de demander une audience pour aller voir le chef de l’Etat et lui dire que le PND est mal engagé avec ce tour.

Mais si tout ce qui se fait est bien connu de M. Gnassingbé, a-t-il dit, cela veut dire que cette tournée cache un autre ‘projet’ : une campagne ‘prématurée’ pour la prochaine élection présidentielle qui aura lieu en 2020. « C’est une lecture que je n’écarte pas de ma grille de lecture », a-t-il ajouté.

Selon ce député, le PND sans une lutte efficace contre la corruption, ne marchera pas. « On ne peut pas vouloir faire une croissance durable qui produit de l’emploi et laisser la corruption se développer. C’est devenu un sujet tabou qu’on ne veut pas évoquer dans les cercles officiels. On en parle à bas bruit. Je considère qu’on doit, pour ce pays, en faire un combat prioritaire si nous voulons sa réussite », a-t-il suggéré.

source: global actu

commentaires
Loading...