La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Les sanctions de la CEDEAO contre le Mali

58

Les chefs d’états membres de la CEDEAO se sont prononcés sur la crise au Mali lors d’un sommet extraordinaire tenu ce dimanche 30 mai à Accra au Ghana.

Après avoir écouté le rapport de la part de l’ex président nigérian, Goodluck Jonathan, les dirigeants africains de la CEDEAO ont exprimé de vives et profondes inquiétudes face à la crise actuelle au Mali, qui arrive à mi-chemin de la fin de la période de transition convenue, dans le contexte des défis de sécurité liés aux attaques terroristes incessantes et à la pandémie de Covid-19 avec ses conséquences socio-économiques désastreuses. Pour leur part, ils ont demandé « la libération immédiate de l’ancien président et premier ministre de la transition, assignés à résidence ».
Les chefs d’État ont unanimement condamné le récent coup d’État. Selon les dirigeants, ce coup de force « est une violation des décisions prises lors du sommet extraordinaire tenu au Peduase Lodge, Aburi, Ghana, le 15 septembre 2020 et une violation de la Charte de transition ».

Après de longues discussions sur la situation au Mali, les chefs d’État et de gouvernement ont pris les décisions suivantes: celle suspendant le Mali des institutions de la CEDEAO conformément aux dispositions de la CEDEAO; ils ont demandé la nomination immédiate d’un nouveau Premier ministre civil; et exigent la formation d’un nouveau gouvernement inclusif pour poursuivre le programme de transition.

commentaires
Loading...