La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

À Baguida, le torchon brûle entre les acquéreurs de terrain, le Directeur de l’ANGE et la Samaria

328

“Préserver le fruit de nos durs labeurs et protéger nos enfants de la noyade” c’est le cri de cœur que lance des parents, réunis au sein du collectif des acquéreurs de terrain à Dévégo, localité située à Baguida (Golfe 6). Depuis huit mois, leur localité a été prise d’assaut par une entreprise d’extraction de sable. Face aux dangers et après moult revendications, les travaux perdurent.

Selon leurs revendications, l’exploitation du sable sur le lieu appelé communément “Pont de Dévégo” entraînent de fâcheuses conséquences qui nécessitent un arrêt des travaux. Mais avec le soutien du Directeur général de l’Agence nationale de la gestion de l’environnement (ANGE), la société Samaria semble ne pas réaliser qu’il y a péril en la demeure.

Touché par le collectif des acquéreurs de terrain de Dévégo-Novissi, selon le communiqué publié hier 16 août, le directeur a évoqué sur les ondes de la radio Kanal FM qu’il s’agit là de l’occupation par les réclameurs, d’une réserve administrative.

Ce qui n’a pas du tout été du goût du collectif : «Dire que nos surfaces occupées sont une réserve administrative de l’État est une pure affabulation car, nul n’est au-dessus de la loi au Togo pour vouloir nous enfoncer à cause de son ventre », ont-ils rétorqué “avec tout le respect” qu’ils doivent au directeur.

Même si ce dernier après une rencontre tenue le 30 juillet dernier sur le site avec les acquéreurs, a ordonné la suspension provisoire des travaux, c’est loin d’être la solution selon le collectif. Ils exigent plutôt l’arrêt définitif du dragage et le ralliement pur et simple de l’ancien site situé sur la rive du Zio où Samaria a reçu le permis d’exploitation.

Démontant l’une après l’autre les théories de complot selon lesquelles ils sont manipulés par certaines personnes à cause d’une affaire de chefferie traditionnelle ils ont déclaré : « nous vous rassurons que c’est bien faux, car en bons parents et acquéreurs de terrains, nous sommes des gens réfléchis qui peuvent faire le distinguo. Ces propos viennent pour compromettre notre revendication.»

En attendant que leur message atterrisse dans les bonnes oreilles, l’exploitation du sable à Dévégo Novissi aux alentours des habitations se poursuit. Les habitants sont désormais soumis au quotidien à la pénurie d’eau, au risque d’effondrement des maisons et avec la période de pluie, des inondations et pire encore les noyades.

commentaires
Loading...