La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Gestion de masque usé : des environnementalistes togolais font le constat amer

240

Depuis le premier cas confirmé de Coronavirus au Togo, le 06 mars 2020, l’utilisation du masque médical surtout est rapidement rentré dans le quotidien des populations. Laquelle utilisation a été de mise depuis la décision du gouvernement, le 09 juin 2020, du port obligatoire de masque.

Constat ? Les masques utilisés sont voués à une négligence. Résultat ? Nombreux sont ces masques qui jonchent les rues ? Conséquence ? La pollution de l’environnement par ces masques est le nouveau défi. Cette réalité a fait réagir des environnementalistes togolais.

« Nous avons remarqué que beaucoup de Togolais, après avoir utilisé les masques, les jettent dans les rues. Comme les sachets plastiques, ces masques peuvent faire plus de 400 ans dans la nature avant de se dégrader », confie à “VOA”, Félix Tagba, promoteur d’EcoJogging, une association de protection de l’environnement.

Soucieux, l’environnementaliste Félix Tagba a initié #BeatMaskPollution, une campagne de sensibilisation sur la gestion des masques après usage sur les réseaux sociaux.

Interrogé sur la situation par “VOA”,
Gado Bemah, directeur exécutif de l’ONG Science et technologie appliquées pour un développement durable (STADD), déplore. « C’est un déchet très dangereux pour nous parce que d’abord nous n’avons pas de possibilités d’analyse de ces masques-là, pour voir s’ils sont infectés ou non. La précaution, c’est l’utilisation systématique des gants, des masques et des bottes, pour pouvoir protéger nos équipes. Donc quand les déchets arrivent, nos agents sont suffisamment équipés pour pouvoir manipuler les déchets en toute tranquillité. Et après, ils ont des désinfectants pour éviter la contamination », a explique le DE de STADD, qui dispose d’une unité de gestion et de recyclage des déchets.

Nous essayons, ajoute Gado Bemah, de faire des sensibilisations pour inviter les gens à mieux gérer ces déchets particuliers en les détruisant par incinération à la maison.

Même si l’État togolais a annoncé la stabilisation du virus, l’on n’est pas encore à son éradication, avec 18 décès et 908 cas confirmés en date du 30 juillet 2020. L’utilisation de masque (faits avec du polypropylène, donc du plastique) étant toujours de rigueur, une politique propre à la gestion des masques usagés devra être mise en place.

commentaires
Loading...