La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

L’Irlande inquiet pour l’un de ses citoyens emprisonné au Togo

129

Confirmant être au courant de la détention de l’un de ses citoyens du nom de Abdoul-Aziz Goma, le ministère des Affaires étrangères de l’Irlande exhorte les autorités togolaises à le protéger et à enquêter sur les allégations contre lui.

Abdoul-Aziz Goma est un Irlandais de 52 ans originaire du Togo, emprisonné pendant 3 ans sans jugement. Il fait face à quatre chefs d’accusation : “atteinte à la sûreté et à la sécurité de l’État; aide à un groupe criminel; destruction de biens publics; et l’association avec l’activisme et le radicalisme”. Il figurait parmi un grand nombre de personnes placées en détention au moment où la police et l’armée ont réprimé les manifestants et interdit leurs rassemblements

Cependant, il a déclaré qu’il n’avait assisté à aucune manifestation à l’époque. Au lieu de cela, il a proposé d’aider un certain nombre de jeunes qui se sont retrouvés sans endroit où rester et sans argent alors que les personnes qu’ils avaient convenu de rencontrer à Lomé ne pouvaient pas être contactées.

Dans un compte rendu de son arrestation plutôt musclée et de son incarcération qui laisse à désirer, M. Goma a révélé les tortures auxquelles il dit avoir été soumis. Le document a été “préparé pour être soumis à la Commission nationale des droits de l’homme au Togo”. Dans son récit, il dit avoir été roué de coups, menotté au volant d’une voiture et battu par des membres des services de sécurité.

En prison, les choses ont négativement évolué pour le citoyen d’Irlande. En raison d’importantes blessures, M. Goma doit désormais utiliser un fauteuil roulant. D’ailleurs, selon une source locale du ministère russe des Affaires étrangères, la santé du sujet “s’était considérablement détériorée ces derniers mois, nécessitant son hospitalisation”.

Face à cette situation déconcertante, l’Irlande exhorte les autorités togolaises à enquêter sur les allégations de torture contre son citoyen. Le ministère a déclaré qu’il était “au courant de cette affaire et qu’il fournissait une assistance consulaire”, mais ne commentera pas les détails spécifiques. N’ayant pas de représentation diplomatique au Togo, l’assistance consulaire était fournie via l’Unité d’assistance consulaire à Dublin, l’ambassade d’Irlande à Abuja et avec l’assistance de l’ambassade de France au Togo.

commentaires
Loading...