La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

La CNLPAL lance le début des activités du mois de l’Amnistie de l’UA au Togo

C’est devant les professionnels des médias que la Commission nationale de lutte contre la prolifération, la circulation et le trafic illicite des armes légères et de petits calibres (CNLPAL) vient de donner le ton pour le démarrage des activités marquant le Mois de l’amnistie de l’UA au Togo. C’était ce mercredi 7 septembre 2022 à son siège à Lomé.


Le fléau des armes légères et de petit calibre est la source, dans diverses parties de l’Afrique, d’innombrables décès, des souffrances intenables. De même, il est à l’origine des déplacements des populations, de perturbations des activités économiques et celles liées aux moyens de subsistance. Il cause par ailleurs des destructions des infrastructures.

Pour freiner ce phénomène, l’initiative du CNLPAL consiste à sensibiliser les populations détentrices d’armes illégales et de munitions à les rendre. En effet, l’un des projets clés de l’UA, auquel se joint ainsi le CNLPAL est la célébration annuelle du mois de l’Amnistie pour inviter et inciter à la remise volontaire des armes.

Il sera question de récupérer les armes illégalement détenues par les populations dans l’objectif de contribuer à la réduction de la détention d’armes de manière irrégulière et ou illégale par les personnes privées et partant à l’éradication de la violence armée en se solidarisant avec l’Union Africaine dans son aspiration à « Faire taire les armes en 2030 », rapporte nouveau reporter.

Les populations seront, au cours des activités sensibilisées sur les dangers liés à la prolifération et à la détention illégale des armes et munitions. Les capacités des acteurs publics et locaux seront renforcés sur les principes et aspects de la police de proximité et sur le concept de l’Amnistie des armes ainsi que sur l’éducation à la paix.

Les armes illégalement détenues par les civiles seront collectées et régularisées et le statut administratif des armes irrégulièrement détenues se feront sans répression ni sanction, a promis la commission. A la fin du processus, les armes ainsi collectées seront détruites.

Le directeur général de la commission a salué cette initiative qui vise l’atteinte de l’objectif 16 des ODD consistant à promouvoir l’avènement de société pacifique et inclusive aux fins d’un développement durable assurant l’accès de tous à la justice et la mise en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces responsables et ouvertes à tous.

“L’esprit du mois d’amnistie recommande que les personnes qui remettent leurs armes détenues illégalement ne fassent pas l’objet d’arrestations ou de poursuites judiciaires. A ce titre, tous les acteurs notamment ceux de la société civile sont encouragés à promouvoir le mois de l’amnistie en Afrique” a fait savoir le général Katanga, directeur de la CNLPAL.

Il a pour finir, engagé les populations, les acteurs de la société civile aussi bien que les medias, afin d’encourager les populations des villes et des campagnes de notre pays en vue de se mobiliser pour participer activement à la remise volontaire des armes illégalement détenues.

Il faut relever que la Commission Nationale de lutte contre la prolifération, la circulation et le trafic illicites des armes légères et de petit calibre est bénéficiaire au nom du Togo, de ce projet de célébration du mois de l’Amnistie pour le compte de l’année 2022. Ce projet est conjointement soutenu par le Bureau des affaires de Désarmement auprès de l’Organisation des Nations Unies (UNODA), la Commission de l’Union Africaine (CUA) et le Centre Régional sur les armes légères dans les pays des grands lacs (RECSA), dont les responsables ont fait acte de présence à ce lancement.

commentaires
Loading...