La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

La start-up togolaise ‘’LAKAZA AGRO’’ s’installe dans vos cuisines avec la moutarde africaine tchotou

73

La moutarde africaine, l’épice qui a traversé les âges et s’installe aujourd’hui comme un élément essentiel de la cuisine africaine !

La moutarde africaine consommée depuis des siècles est mise en vogue par la jeune start-up togolaise ‘’LAKAZA AGRO’’. Le constat se fait par sa présence sur le marché sous le nom Tchotou et sur les réseaux sociaux où elle suscite un intérêt pour les consommateurs avertis. Elle constitue un potentiel nutritif non négligeable mais ignoré de la plupart des gens.    

Tchotou en kabyè, afiti en mina ou encore twonou en moba au Togo, Nététou en wolof au Sénégal, soumbala chez les mandingues d’Afrique de l’ouest… la moutarde africaine est de plus en plus consommée par les togolais particulièrement, en défaveur des bouillons cubes. Ces derniers seraient à l’origine de plusieurs pathologies non transmissibles dites de civilisation. Les accidents vasculaires cérébraux (AVC), l’hypo ou l’hypertension artérielle, la faiblesse sexuelle chez l’homme, les saignements vaginaux chez la femme, les troubles uro-génitaux, les troubles du comportement chez l’enfant, les troubles cardiaques, le diabète… sont quelques unes de ces pathologies selon certaines études

Obtenue à la suite d’un long processus de transformation, la moutarde africaine est issue de la transformation des graines de gousses de néré (Parkia biglobosa, de son nom scientifique). Elle est utilisée en cuisine comme arôme ou assaisonnement dans les repas. Connue pour son odeur assez forte, elle est un bon remontant naturel pour l’organisme humain. Avec sa teneur riche en calories et en vitamines dont la vitamine B2 et PP entre autres, sa consommation régulière est un excellent moyen de lutter contre l’hypertension artérielle et le cancer ainsi que plusieurs autres pathologies

Les communautés ouest-africaines utilisent depuis toujours la plante du néré pour ses propriétés anti-blennorragiques, antinévralgiques, fébrifuges, toniques, antiseptiques, et vermifuges. Le néré est également très utilisé dans la pharmacopée traditionnelle pour soigner les morsures de serpents, le goitre, l’anémie, les maux de dents, la gingivite etc.

La plante soigne et nourrit plus de 20 millions d’africains dans 14 pays du continent selon une étude réalisée par l’agence Anadou AA rapportée par le site agritools.org.

commentaires
Loading...