La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Les jeunes s’intéressent à leurs Langues à Globalbility

479

Les langues africaines sont depuis très longtemps reléguées au second plan. Et pour promouvoir et donner une valeur à ces langues maternelles africaines, des jeunes se sont organisés à Lomé depuis quelques années en une association dénommée Globalbility.

Cette association s’est fixé entre autres objectifs d’inciter les peuples africains à donner de la valeur et de l’importance à leurs langues maternelles à travers des réunions, des formations et des débats qu’ils organisent pour amener les jeunes à maîtriser leurs langues.

En effet, la langue du colonisateur (anglais, français ou portugais, etc.) influence beaucoup le quotidien des africains. La langue maternelle ne peut être parlée qu’à la maison, entre parents ou ressortissants d’une même région ou d’un même groupe ethnique.

Pour Issaka Ouro-Wétchiré, le responsable de cette Association au Togo,« Globalbility a été créé pour briser les barrières de la communication dans le monde afin de créer l’harmonie entre les êtres humains et leur permettre de vivre ensemble malgré leurs différences. Mais, nous travaillons plus sur l’apprentissage de nos langues locales au Togo ».

Initiée au Togo depuis 2012 par Mats Blakstad, Issaka Ouro-Wétchiré et des jeunes étudiants de l’Université de Lomé, cette Association veut à travers elle réveiller la conscience des Africains sur l’importance de leurs langues maternelles et être un outil nécessaire pour le développement du continent.

A ce jour, ils sont plus de 200 jeunes issus de plusieurs groupes Ethniques du Togo à savoir l’éwé, le kabye, le tem, l’ajagbe, le moba, etc, qui grâce à leur connaissance Linguistique sensibilisent, éduquent et forment les membres sur les valeurs africaines, le patriotisme, l’écriture et la lecture en langues locales. Aussi, ils traduisent des documents en langues locales, promeuvent leurs cultures, et le partage des connaissances notamment sur l’art oratoire, le rôle de l’enfant dans sa société et sur les valeurs sexuelles.

Comme on le voit, l’enseignement des langues maternelles n’est pas souvent inscrit dans les programmes du système scolaire et comme les enfants n’apprennent pas à parler leurs langues maternelles, ils grandissent sans pouvoir s’exprimer correctement en ces langues. Des fois, parler sa langue maternelle en public parait pour certains un exercice difficile.

« Si nous voulons réellement développer l’Afrique, commençons par l’enseignement de nos langues dans les écoles. Si aujourd’hui le français par exemple est utilisé sur le plan international, c’est parce que les français ont accordé une importance à leur langue très tôt. Ce n’est pas trop tard et que l’Afrique peut se ressaisir » s’est plaint Issaka Ouro-Wétchiré, le coordinateur national de Globalbility Togo.

Pour lui « Les langues locales sont négligées à cause du fait qu’elles se limitent à l’oral. Pas besoin de ces langues pour gagner un emploi. Aussi, il y a l’influence des langues comme le français, l’anglais etc. En plus de cela, il y a manque de volonté des gouvernements africains à promouvoir l’enseignement de nos langues locales ».

L’Association depuis sa création reçoit des volontaires venus de différents pays des États Unis, d’Europe et des pays africains, qui viennent s’imprégner des valeurs africaines, des langues locales, des proverbes en langues locales, des sites touristiques et la culture du Togo.

commentaires
Loading...