La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

La Cedeao et l’UA condamnent la junte et exige la libération du président Bah N’daw et son premier ministre Moctar Ouane

52

Ils sont nombreux a condamné ce lundi la junte militaire au Mali. Les organisations internationales et pays ont exigé ce lundi 24 mai, la libération immédiate et inconditionnelle des autorités de transition, notamment le président Bah N’daw et son premier ministre Moctar Ouane par la junte militaire qui a renversé IBK au pouvoir en août dernier, note 24heurinfo.

 

La Cedeao et l’UA, condamnent avec énergie « cet acte d’une gravité extrême qui ne peut en aucun cas être toléré au regard des dispositions pertinentes de la CEDEAO et de l’Union africaine » puis « demandent aux militaires de retourner en casernes ».

 

Les Présidents des deux institutions sous-régionales et  continentales  invitent les parties maliennes à privilégier l’esprit de dialogue et de responsabilité pour régler les malentendus autour de la mise en place du Gouvernement.

 

Enfin, ils rappellent que le respect du consensus politique qui a jusqu’ici fondé la transition au Mali est la seule voie à privilégier.

 

Aussi la secrétaire générale de l’OIF a  condamné sans réserve cet acte d’une extrême gravité. Louise Mushikiwabo réaffirme son plein soutien aux autorités de transition et demande le strict respect du cadre et des modalités négociées et reconnues pour la conduite de ce processus, dans le respect du calendrier établi. Elle en appelle au sens des responsabilités et à la préservation de l’intérêt supérieur du Mali.

 

« L’UE condamne avec fermeté l’enlèvement du Président et du PM et appelle à leur libération immédiate. L’UE prête à envisager des mesures ciblées à l’encontre des dirigeants politiques et militaires faisant obstruction à la transition au Mali », indique une résolution de  l’institution européenne.

commentaires
Loading...