La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

27 avril 1960 – 27 avril 2018 : 58 ans d’indépendance du Togo, que célébrons-nous réellement ?

789

Le 27 avril 2018, 58 ans jour pour jour que le Togo a proclamé solennellement son accession à la souveraineté internationale. Le 27 avril 1960 donc, le Togo est devenu un Etat indépendant. 58 ans plus tard, que retenir de notre indépendance, du moins politique ?

Un saut dans le passé s’impose. Le 27 avril 1958, après des années de lutte, les nationalistes avec à leur tête, les Augustino De Souza, Sylvanus Olympio, Savi de Tové, et autres, virent leur coalition nationaliste remporter, haut les mains, les législatives. 29 sièges sur 46 sont enlevés par la coalition CUT-Juvento soit 60 %, 3 sièges par le PTP, 10 par l’UCPN et 4 sièges par les candidats indépendants qui rejoindront plus tard le CUT.

Que de sangs versés ! Que de souffrances endurées ! Que d’humiliations subies ! Que de trahisons vécues ! Que de chemin parcouru !

« Le grand jour tant souhaité est enfin arrivé », comme le dirait l’autre. Le Togo, par la voix de son premier ministre d’alors, proclama son accession à la souveraineté internationale deux ans plus tard. C’est le moment de l’euphorie sur toute l’étendue du territoire nationale. Qu’ils soient cutards, mptistes, juventistes, que dis-je ?, nationalistes ou progressistes, les Togolais des 56 600 Km² ont célébré, ne se serait-ce que pour un temps, la joie de retrouver la liberté. Mais ne dit-on pas souvent que la liberté c’est le fait de choisir celui sous qui on veut être ?

Ce fut une euphorie de courte durée. Le temps des vicissitudes ne fut pas loin. Le Togo ne s’est pas seulement démarqué, en étant premier pays du giron français à avoir dit non au général de Gaule. La terre de nos aïeux fut aussi le premier à amener son premier président à l’abattoir. Les pages sombres de l’histoire du Togo ne furent que de nouveau ouvertes. Coups d’Etat, assassinats politiques, violations des droits de l’Homme, trahison politique, élections contestées et contestables, la liste ne fut que trop longue.

L’indépendance du Togo, est-ce au sens figuré ou au sens propre du mot ? Loin de nous toute idée d’être le génie qui trouverait une réponse à cette question, on préfère exposer les faits car dit-on souvent, les faits sont têtus, les faits parlent d’eux-mêmes. L’indépendance suppose indépendance économique, mais que de programmes de développement imposés de l’extérieur, que d’efforts fournis pour être éligible à l’initiative Pays pauvres très endettés (PPTE) en 2010 soit 50 ans après notre indépendance, que de « richesses accaparées par une minorités » (si l’on peut citer le Président). Etre indépendant, c’est décider de son sort sur le plan politique, mais pour maints dirigeants africains, il y a plus de légitimité dans une poignée de main reçu au perron de l’Elysée que dans l’écoute du peuple.

Néanmoins, les voyants de certains secteurs de l’économie et de la société togolaise sont au vert. Il s’agit entre autres du secteur de la santé, non ; plutôt celui de l’éducation, non ; celui de l’emploi des jeunes, non ; celui de la lutte contre la pauvreté, … ; celui de la paix, ….

Face à ce bilan plus que mitigé, c’est l’heure d’appeler les leaders d’opinion, les hommes politiques, les « hommes de Dieu », la population entière, vieux, vieilles, jeunes, enfants, hommes, femmes, de quelque bord ou de quelque classe sociale que ce soit, d’œuvrer chaque jour pour que l’Or de l’Humanité puisse sortir de la situation dans laquelle il est.

commentaires
Loading...