La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

L’ABEEF s’engage dans la lutte contre le cancer du sein et du col de l’utérus

438

C’est devant les autorités du canton d’akoumape, de la vice présidente de l’ABEEF ( l’Association pour le Bien Etre et l’Education de la Femme) et sa délégation et plus de 1000 femmes de la communauté d’akoumape que la sensibilisation sur le cancer de sein et du col de l’utérus a eu lieu ce 22 décembre 2019 avec l’ABEEF par la voix de Delphine GNININVI.

Le public du canton d’akoumape à la sensibilisation

Le cancer du col de l’utérus et le cancer de sein touchent chaque année respectivement plus de 3000 et plus de 11000 personnes dans le monde. Pourtant les populations restent ignorantes sur les effets délétères de ces maladies.

Conscientiser les habitants de cette localité à prendre des mesures préventives contre le cancer de sein et du cancer du col de l’utérus qui fait rage ces derniers temps était la visée de cette sensibilisation.

Elle a porté essentiellement sur deux thématiques : la prévention du cancer de sein et celle du col de l’utérus.

Dans l’allocution de l’ABEEF la présentatrice a mis l’emphase sur les symptômes précurseurs de la maladie et le recours immédiat aux spécialistes une fois constater des boules dans le sein.

“La plupart des tumeurs cancéreuses sont détectées par les femmes elles-mêmes. Ainsi, il est important pour vous de connaître les changements naturels de votre poitrine au cours de votre cycle menstruel. Prêtez attention à vos seins, lorsque vous changez de vêtements ou lorsque vous prenez un bain… Attention, ne sombrez pas dans une angoisse perpétuelle, vous ne devez pas obligatoirement surveiller vos seins tous les jours. Procédez cependant régulièrement à des palpations, et si vous êtes anxieuse suite à un changement constaté, référez-en à votre médecin sans attendre.” disait la présentatrice.


Le cancer du col de l’utérus est une maladie grave et lourde qui touche à l’intimité de la femme. Il se développe progressivement, à partir de lésions dites précancéreuses. L’hécatombe de ces maladies ne laisse aucune chance aux femmes. Soyons prudent.

commentaires
Loading...