La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

24 juillet 2012: Mort du président Ghanéen John Evans Fiifi Attah Mills

384

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Il est de notoriété publique que le continent Africain regorge beaucoup de ressources . Les chercheurs s’accordent unanimement que ce continent est un scandale géologique. Il est également un réservoir de talents avérés. C’est un continent immense par sa superficie et sa population jeune.

En effet en matière de ressources naturelles, le continent se taille la part du lion.
Par exemple dans le Top 15 des pays producteurs mondiaux de phosphate , 6 pays africains y figurent ( Maroc 4e, Afrique du Sud 5e, Sénégal 10e, Togo 11e, 12e , et Algérie 13e). L’Afrique dispose d’ une immense réserve des ressources naturelles plus de 90% des réserves de la planète ( diamant 40%, or 35%, etc.). L’Afrique est plus vaste (30 415 875 km2 ) que l’Europe (10, 18 millions) les USA (9, 8 millions) et la Chine (9,6 millions) réunis.
Elle dispose de plus de 60% de terre arable de la planète et une population très jeune, pour ne citer que ces aspects.

Paradoxalement, ce continent est à la traine. La question fondamentale est de savoir où se situent les responsabilités.
Évidemment, les responsabilités sont partagées. Mais la plus grande partie incombe aux décideurs, aux gouvernants africains. Ces derniers doivent se réveiller. Ils doivent avoir des ambitions macroéconomiques pour ce continent, qui en dépit de toute sa richesse est le réservoir de tous les maux de l’humanité.

Néanmoins, l’on reconnaît que certains dirigeants ont essayé d’apporter leur touche dans leur pays respectifs. C’est ce qui explique la différence d’évolution constaté entre les pays africains.

Aujourd’hui le 24 juillet, nous avons une pensée pieuse pour l’un d’un dirigeant africain qui avait marqué son temps et son pays le Ghana, un temps soit peu.

John Evans Fiifi Attah Mills comme c’est de lui qu’il s’agit nacquit à Tarawa ( Gold Coast actuel Ghana) le 21 juillet 1944.
Après ses études au Ghana couronnées d’un doctorat de droit à l’école des Études orientales et Africaines de l’Université de Londres, il fut recruté à l’Université Stanford à San Francisco ( USA) pour y enseigner le droit. Il exerça ce métier également à l’Université de Legon à Accra au Ghana créée depuis 1948.

En 1988, il fut nommé commissaire de l’administration fiscale.
Il fut membre fondateur aux côtés de J.J. Rawlings du Congrès Démocratique National NDC en 1992. Il fut nommé vice président de ce parti du 7 janvier 1997 au 7 janvier 2001.

A la fin du mandat de Rawlings, il fut présenté aux élections présidentielles et fut battu 2 fois successifs par le diplômé de l’Université d’Oxford ( Angleterre), John Agyekum Kufuor du NPP( Nouveau Parti Patriotique).
Il fut finalement élu président de la République du Ghana le 28 décembre 2008.

Passionné du hockey (sport d’origine canadienne qui se joue en équipe sur une patinoire spécialement aménagée), le président Attah Mills se décrivait comme un social démocrate, inspiré par les idées d’aides sociales prônées par Kwame Nkrumah, le premier président du Ghana indépendant.

Sous sa présidence, le taux de croissance au Ghana passe de 6 à 8 %. Le pays participa à la coupe du monde organisée en Afrique du Sud du 11 juin au 11 juillet 2010 jusqu’en quart de final, etc.

Le 24 juillet 2012, le président John Attah Mills rendit l’âme, selon certaines sources d’une crise cardiaque et selon d’autres, d’un cancer à l’âge de 68 ans.

L’Afrique venait de perdre l’un de ses dignes fils.
Seize chefs d’États et de nombreux dignitaires dont la secrétaire d’État Hilary Clinton avaient honoré de leur présence la cérémonie funéraire.

Le président John Evans Fiifi Attah Mills s’en est allé, mais les défis demeurent.

Paix à son âme.

Dr. Jean ADIKOU
Historien

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

commentaires
Loading...