La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Joseph Eza et Menseth Kokodoko du mouvement Nubueke libérés

829

Et enfin. Joseph Eza et Menseth Kokodoko, tous deux membres du mouvement Nubueke viennent de recouvrer la liberté ce jeudi 31 janvier. C’est ainsi qu’en est décidé le chef de l’Etat ce mercredi en conseil des ministres.

Réclamée par les organisations des droits de l’homme et la population togolaise, leur libération est passée ce jeudi comme une lettre à la poste. Alors que la dernière demande de libération en faveur des détenus politiques provient de l’Archevêque émérite de Lomé, Mgr Philippe Fanoko Kpodjro  qui lors de sa rencontre avec la presse ce mardi avait demandé au chef de l’Etat de libérer tous les prisonniers politiques.

Le procureur de la république avait retenu contre Joseph et Menseth, arrêtés les 19 et 26 octobre 2017, sept chefs d’accusation parmi lesquels l’on peut citer le groupement de malfaiteurs, les troubles aggravés à l’ordre public, l’incitation à la révolte, la détention  illégale de matériel de militaire (…).Au-delà de ces détenus, le même exercice est également observé à Sokodé et à Dapaong où tous détenus politiques arrêtés lors des manifestations politiques ont été également mis en liberté.

Le Président Faure Gnassingbé pour instaurer un climat de paix a demandé son gouvernement de poursuivre les mesures d’apaisement du climat sociopolitique en libérant les personnes arrêtées depuis le 19 août 2017.

Pour ce faire, le chef de l’Etat Faure Gnassingbé a accordé la grâce présidentielle à 18 prévenus déjà condamnés et purgeant les peines dans les prisons de Mango et de Sokodé. En outre, le Président de la république a demandé à l’autorité judiciaire de mettre en liberté provisoire, les personnes faisant l’objet d’une procédure d’information judiciaire pour des faits criminels, en prenant toutefois soin de préserver les droits des victimes s’agissant de la suite des procédures judiciaires engagées.

Il s’agit à cet effet, des 26 inculpés relevant des prisons civiles de Mango, Bafilo, Sokodé et Lomé. Donc 44 détenus sont en train de recouvrer leur liberté dont les membres du mouvement Nubueke qui viennent d’être libérés.

Rappelons que cette libération des détenus politiques, marque la deuxième mesure d’apaisement décidée par le chef de l’Etat depuis le début de cette année. Le 3 janvier dernier, plus 454 prisonniers avaient été libérés, ils ont ainsi bénéficié de la grâce présidentielle

commentaires
Loading...