La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Meiway à Ouattara « Je sais prévenir, je ne sais pas guérir »

368

L’annonce du président ivoirien Alassane D. Ouattara de briguer un troisième mandat, suscite depuis ce jeudi une vague de mécontentements et de réactions. Parmi elles, figure celle de l’artiste Meiway.

Dans un discours abondamment relayé sur les réseaux sociaux, ce dernier invite le chef de l’État ivoirien à renoncer à son projet de troisième mandat.

« S’il n’y a aucune personne dans la jeune génération compétente pour vous succéder, vous avez dès lors M. le Président échoué… et il faut le reconnaître en renonçant à ce 3e mandat qui sera le mandat de trop ; car le peuple Ivoirien qui vous a porté, qui vous a accompagné à la magistrature suprême, pourrait vous manquer de respect » a conseillé l’artiste ivoirien.

Il invite son président à savoir qu’en « succombant à la tentation et à l’éternité politiques » il risque « de faire sombrer la Côte d’Ivoire dans un chaos ». Car précise-t-il, on ne bâtit pas un pays sur un régime de peur ni en exilant ses fils et en emprisonnant les porteurs d’idées opposées ».

Pour Meiway, cette intervention s’impose car sa carrière est consacrée à la paix, à l’amour, l’unité et la prospérité qu’il a depuis lors milité et défendu pour le bien-être de son peuple.

Il invite par ailleurs le chef de l’État ivoirien à saisir une « chance d’échapper aux prédateurs » qui s’agitent pour préserver leurs intérêts. Aussi de tomber sans résister dans le destin tragique des chefs d’État africains obsédés par le pouvoir et de « sacrifier tout ce que vous avez bâti pour vous classer du mauvais côté de l’histoire de notre pays ».
Les mots de l’artiste sont lourds de sens et de réflexion car l’artiste bien avisé et se souvenant du passé tragique de la Côte d’ivoire, prévient pour revivre la même histoire qui peine à être oubliée.

Et pour finir l’artiste invite le Président à retenir que « je sais prévenir (…) je ne sais pas guérir ».

Il faut préciser que dans la soirée de cette annonce du président, la tension est montée dans le pays avec des jeunes sortis dans les rues avec des réactions virulentes. Les adversaires sont très remontés et ne sont pas prêts à avaler la couleuvre par la tête.

commentaires
Loading...